Arrêt des roquettes contre la fin de l’offensive à Gaza : Une offre palestinienne rejetée par Israël





Israël a rejeté hier une offre de trêve des groupes armés palestiniens qui proposent de cesser les tirs de roquettes contre le territoire israélien en échange d'un arrêt des offensives militaires à Gaza et en Cisjordanie.

Le Quotidien-Agences
Juste après l'annonce d’une offre des groupes palestiniens, quatre roquettes tirées depuis la Bande de Gaza sont tombées en Israël, l'une d'elle causant des dégâts matériels dans la ville de Sdérot (sud), proche du territoire palestinien, selon l'armée.
Parallèlement, l'armée israélienne a poursuivi ses incursions dans la Bande de Gaza, tuant un militant du Hamas qui filmait des opérations israéliennes et un enfant de neuf ans, selon des sources palestiniennes. Trois soldats israéliens ont été légèrement blessés dans le même secteur.
"La proposition porte sur un cessez-le-feu partiel, limité aux tirs de roquettes à partir de Gaza en échange d'un arrêt total des opérations israéliennes sur tous les fronts. Ce n'est pas sérieux", a dit la porte-parole de la présidence du Conseil, Miri Eisin, pour justifier le rejet israélien.
Selon elle, "il n'y a aucun engagement de la part des groupes armés palestiniens à mettre un terme aux opérations terroristes, notamment aux attentats suicide".
"Israël a toujours aspiré à l'arrêt des violences et nous escomptons un changement de l'attitude des Palestiniens et en premier lieu du Hamas afin qu'il donne la priorité au développement de la Bande de Gaza au lieu de poursuivre les attaques", a insisté la porte-parole.

Stopper les tirs
Le Premier ministre palestinien issu du Hamas Ismaïl Haniyeh a déclaré après la prière du vendredi à Gaza que les opérations israéliennes devaient cesser "afin de permettre aux factions de stopper" les tirs de roquettes.
"Il y a une position palestinienne responsable et maintenant la balle est dans le camp israélien. Ils doivent stopper les agressions et l'escalade contre le peuple palestinien", a-t-il ajouté.
Annonçant l'offre des groupes palestiniens réunis jeudi soir à Gaza, le porte-parole du Jihad islamique a déclaré: "Nous avons discuté des tirs de roquettes. Il y a une entente pour stopper les tirs en échange de l'arrêt de l'agression israélienne contre le peuple palestinien en Cisjordanie et à Gaza".
"Cette proposition sera transmise aux Israéliens par Abou Mazen (le président palestinien Mahmoud Abbas). S'ils acceptent, il y aura peut-être un
arrêt des tirs sur les villes israéliennes, mais pas une trêve générale", a affirmé Khader Habib.
Des milliers de roquettes artisanales fabriquées dans la bande de Gaza se sont abattues sur le sud d'Israël, notamment à Sdérot, après le début de l'Intifada en septembre 2000, faisant dix morts israéliens et provoquant des représailles meurtrières de l'armée israélienne en territoire palestinien.
Abbas, ouvertement hostiles aux tirs de roquettes, a une nouvelle fois appelé à les stopper.
"Notre peuple est victime d'une offensive israélienne barbare qui a fait plus de 400 morts et 1.500 blessés alors que des milliers de maisons ont été détruites. Tout cela en prétextant des tirs de roquettes artisanales et, malheureusement, nous leur donnons de tels prétextes", a-t-il dit lors d'une réunion avec les dirigeants de son parti, le Fatah, jeudi soir.
Le député indépendant Moustapha Barghouthi, qui a participé à la réunion des groupes à Gaza, a sévèrement critiqué le rejet israélien: "la réaction initiale israélienne est très décourageante et Israël est responsable du cycle de violence. Chaque fois que les Palestiniens veulent mettre fin à la violence, Israël refuse".




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com