Tribunal sur le meurtre de Hariri : Bras de fer entre pro-occidentaux et pro-syriens





Beyrouth-Agences
Au lendemain des obsèques du ministre antisyrien Pierre Gemayel, le gouvernement pro-occidental libanais se prépare à soumettre au Parlement le projet de l'ONU de tribunal sur le meurtre de Rafic Hariri, un projet que le camp pro-syrien est soupçonné de vouloir torpiller.
Affaibli par la récente démission de six ministres pro-syriens, le Premier ministre Fouad Siniora a appelé les démissionnaires à réintégrer le gouvernement et participer samedi à une réunion extraordinaire au cours de laquelle le cabinet doit donner son feu vert au projet controversé de tribunal.
Cette réunion survient à un moment de tensions extrêmes entre les camps pro- et antisyrien.
Le camp pro-syrien au Liban est soupçonné de vouloir entraver la création du tribunal international sur le meurtre de Rafic Hariri afin de dissimuler une éventuelle implication syrienne.
hier, le ministre du Travail Trad Hamadé, un des six ministres démissionnaires — les cinq chiîtes du Hezbollah et d'Amal et un chrétien, tous proches de la Syrie —, a rejeté l'appel du Premier ministre.
"A cette date, notre position est de refuser de réintégrer le gouvernement car cela demande plus de consultations politiques", a-t-il déclaré.
Une nouvelle réunion du gouvernement en l'absence des ministres chiites "élargira le fossé avec l'opposition", a-t-il estimé.
Mais la majorité ne veut pas baisser les bras. "Nous sommes déterminés à approuver le texte portant sur la création du tribunal quelle que soit l'attitude des autres", a affirmé hier le ministre des Télécommunications Marwan Hamadé.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com