Conflit avec Israël : Lourdes pertes pour l’agriculture libanaise





Rome — Agences
Le conflit avec Israël de l'été 2006 s'est traduit par un manque à gagner de 280 millions de dollars pour le secteur agricole libanais, a indiqué un rapport de l'Organisation mondiale pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) publié hier.
"Les pertes subies par le secteur agricole libanais - agriculture, pêche, forêts - au cours des hostilités militaires de l'été dernier s'élèvent à quelque 280 millions de dollars (213 millions d'euros)", a chiffré la FAO dans ce rapport d'évalution.
"Le conflit a touché de plein fouet le secteur agricole. Les terres cultivées et les équipements agricoles ont été fortement endommagés et le bétail a été décimé dans les zones bombardées", souligne l'agence.
Au Liban sud, "l'agriculture représente près de 70% du revenu des ménages" et "les pertes les plus importantes ont été occasionnées pendant la période des récoltes", rappelle la FAO, soulignant que les régions bombardées sont parmi les plus pauvres du pays.
"Plusieurs cultures, dont certaines destinées à l'exportation, ont été perdues. Une grande partie a pourri sur pied après que les bombardements ont forcé les paysans à fuir et ont paralysé le transport des denrées alimentaires vers les marchés", selon le rapport.
Des terres agricoles et pastorales ont également été rendues inutilisables du fait de la présence d'obus n'ayant pas explosé : "dans la partie sud du pays, ce phénomène concerne 25% des terres cultivées", est-il indiqué.
"La perte des revenus procurés par la vente des produits de la terre et de l'élevage a alourdi la dette de beaucoup d'agriculteurs, qui avaient coutume de rembourser leurs dettes pendant la période des récoltes qui va de mai à octobre afin de se procurer de nouveaux crédits pour la saison suivante", a indiqué Anne Bauer, directrice de la Division des opérations d'urgence et de réhabilitation de la FAO.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com