Après U.S.M. – E.S.S. (0-0) : La hantise de perdre a gâché le jeu





Le derby sahélien entre l’USM et l’ESS qui a rempli, dimanche, les travées du stade Ben Jannet de Monastir, n’a pas tenu les promesses escomptées.

Même si Samir Jouili, le coach usémiste, et Ridha Sassi, l’adjoint de Faouzi Benzarti, nous ont donné l’impression qu’ils sont satisfaits de la sentence finale de ce derby sahélien, lors de la conférence de presse à la fin du match, force est de constater que certains faits méritent qu’on s’y arrête, pour mettre en relief les plus saillants.
Pour la première fois, le Stade Mustapha Ben Jannet a connu un spectacle haut de gammes qui a eu son effet escompté auprès du public. La banderole géante qui nous été présentée du côté de la pelouse, en blanc et bleu, nous a émerveillé par le slogan qu’elle portait: l’orgueil unit le peuple. “Et c’est ce sentiment d’orgueil d’appartenir au club qui a fini par rassembler les Usémistes autour de leur association, après les dissensions observées ces derniers temps. Une fausse note a, cependant, agi de travers, à savoir cet accueil réservé à Faouzi Benzarti qui a tant donné au club de la ville du Ribat pour être épargné de cette violence verbale dont il a fait l’objet le long du match. Même Ahmed Jaouachi et Hamza Younès, les 2 Clubistes Sfaxiens, qui étaient présents sur les gradins n’ont point apprécié cette ingratitude de la part d’une poignée de fans qui, il n’y a pas si longtemps, l’ont porté en triomphe.
Au cours de la dernière séance d’entraînement, Moez Alaya, le capitaine monastirien, ayant contracté une blessure, était porté défaillant. Heureusement qu’on a su le récupérer en dernière minute pour être de la partie, et mériter tous les éloges pour sa clairvoyance et son abattage. Les 2 formations étant au grand complet, il était légitime que les débats reflètent la valeur actuelle des 2 équipes qui passent par une période faste. Les T. Salem, Ben Abdelkader, Fernando et Bnouni d’un côté, et de l’autre, Ben Frej, Emeka, Gelson et Chikhaoui, ne sont-ils pas capables de hisser le jeu au niveau attendu. Seules des grisailles ont réussi à nous tenir en haleine, mais qui n’ont meublé, en fin de compte, qu’une proportion trop réduite du temps joué.
La prudence excessive exercée sur le mental des joueurs et le rythme très lent, pour ne pas dire manquant d’attrait, peuvent-ils être justifiés par la hantise de la défaite dans les 2 camps. Nous ne pouvons nier, cependant que ce nouveau derby n’a point échappé à la règle du suspense, et de la motivation, sans, pourtant, aller jusqu’à dire que les 22 acteurs ont vraiment osé aller jusqu’au bout de leurs actions. Il est vrai que les Etoilés avaient l’esprit porté vers la finale retour de la Coupe de la CAF, sans oublier la fatigue occasionnée par la rencontre du jeudi qui les a contraints à dépenser toutes leurs réserves physiques pour glaner les 3 points de la victoire.

L’effet de l’expulsion de Maâtouk
Ayant l’étoffe d’un technicien averti et disposant d’un répertoire référentiel en la matière, Samir Jouili nous a donné une preuve suffisante de sa perspicacité dans la gestion de son effectif. Au moment où le changement s’est fait ressentir, il a fait appel à Maâtouk (68’), puis à Mosarti (72’) pour renforcer son dispositif offensif qui continuait à souffrir. L’effet escompté ne s’est point fait attendre, puisque le premier a été, dès son entrée, à l’origine de l’infiltration qui allait dégénérer en protestations pour réclamer le penalty, et l’arbitre d’user du carton rouge à l’adresse de celui qui était habileté à donner le plus tant recherché à l’attaque usémiste, 2 minutes après son incorporation. Maâtouk n’a-t-il pas trahi les siens d’avoir agi de la sorte pour avoir privé son équipe d’une éventuelle victoire, surtout qu’il tenait à réaliser ce dessein.
Pour terminer, nous ne pouvons que saluer le retour de M. Hached Mlika en tant que vice-président de l’USM, répondant, ainsi, aux vœux incessants des supporters qui voient en lui l’homme qu’il faut pour être constamment à l’écoute des joueurs, en plus de son apport moral lors des rencontres. Lors du dernier derby, il était débordant d’activité parmi le staff usémiste.

Mansour AMARA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com