D’après un responsable de l’OMS en visite à Tunis : «La stratégie de la Tunisie en matière de surveillance de la grippe aviaire est très efficace»





M. Dominique Legros, expert chargé de la surveillance de l’épidémie de la grippe aviaire à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à Genève qui est en visite en Tunisie, a tenu hier une conférence de presse au Bureau de l’organisation onusienne à Tunis. Il a présenté la situation de l’évolution du virus H5N1 dans le monde. A propos de la Tunisie, l’expert a affirmé que la stratégie de lutte contre la grippe aviaire engagée par notre pays est très performante.

Tunis-Le Quotidien
M. Dominique Legros a indiqué lors de cette conférence qu’il a eu des rencontres avec certains responsables tunisiens du Ministère de la Santé Publique à travers lesquelles il a eu l’opportunité d’apprécier le travail qui est en train de se faire au niveau des différentes structures et organismes concernés par la question de lutte contre la grippe aviaire. «J’ai remarqué que la Tunisie a mis en œuvre depuis l’année dernière des éléments adéquats pour répondre à la menace d’une pandémie de grippe.», a-t-il affirmé. Et d’indiquer que «l’OMS qui coordonne avec les organismes tunisiens concernés par le problème de la grippe aviaire est convaincue que la stratégie mise en œuvre par votre pays en matière de lutte contre l’épizootie de la grippe aviaire est une stratégie très efficace.»
Le conférencier a souligné dans ce même cadre que la stratégie de la Tunisie repose sur l’ensemble des mesures et des recommandations diffusées par l’OMS à tous les pays pour former des lignes de défense contre tous risques de pandémie. «Le contrôle assuré à tous les niveaux pour protéger le pays est très rigoureux et la surveillance clinique et biologique des volailles et des oiseaux sauvages a permis à la Tunisie de rester à l’abri de toute menace épidémique pour ce qui est du virus H5N1», a-t-il fait remarquer
S’agissant de l’évolution de l’épidémie dans le monde, M. Legros a affirmé que jusqu’ici la situation est calme malgré le fait que le virus continue à circuler chez les oiseaux. Mais grâce aux dispositifs mis en place par les pays les plus touchés par la maladie, il y a de moins en moins de cas humains. « C’est une bonne occasion pour qu’on puisse parler du H5N1 sans craindre la psychose», souligne-t-il
Il faut rappeler que l’OMS a défini six phases distinctes pour faciliter la planification de la préparation à une pandémie. Des rôles précis ont été également dévolus aux gouvernements. Actuellement, la situation relève de la phase 3 qui a été définie suite à la détection d’un nouveau virus pour l’homme qui provoque des infections mais ne se transmet pas facilement d’une personne à une autre. Pour la Tunisie on est toujours à la phase une qui correspond à la phase d’absence de tous risques.

Hassen GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com