Enseignants-élèves : Les raisons d’une relation tendue





Nous sommes tous redevables envers nos enseignants dans la mesure où c’est grâce à eux que nous devons le savoir. Hélas, la relation entre enseignants et élèves a perdu de sa valeur. Nombre d’élèves semblent manquer de respect à leurs professeurs et font preuve d’arrogance et d’insolence. A quoi la dégradation de cette relation est-elle due ? Comment peut-on expliquer le comportement indécent de certains élèves à l’égard de leurs enseignants ? Les jeunes s’expriment.

Tunis-Le Quotidien
Un enseignant est avant tout un encadreur. Son rôle a une vocation très noble. Lorsque nous confions nos enfants à l’école, nous sommes censés livrer toute l’éducation de notre progéniture à un staff d’enseignants qualifié qui peut consolider l’encadrement qui leur a été prodigué préalablement. Or, nous assistons quelquefois à des dépassements de part et d’autre. Certains élèves non sérieux, jouent aux perturbateurs en classe. Ils font l’école buissonnière et paradoxalement, ils veulent être considérés avec beaucoup d’égards et d’estime de la part de leurs enseignants. Cependant, un éducateur a l’obligation morale d’intervenir pour remettre «ses enfants» sur le droit chemin. N’est-il pas celui qui prend la relève pour peaufiner l’éducation de ses élèves ? Pourtant, certains parents n’écoutent qu’un seul son de cloche. Lorsque leur enfant est remis à l’ordre, ils peuvent réagir mal et accuser l’enseignant de mauvais traitement. Et ce, sans se donner la peine de comprendre les raisons qui l’ont poussé à faire usage de châtiments parfois assez sévères. Par ailleurs, les enseignants eux-mêmes n’ont pas tous raison. Nombre d’entre eux semblent agir de manière incorrecte. Certaines considérations personnelles peuvent pousser certains professeurs à commettre aussi des écarts de conduite : favoritisme, actes de violence, agressions verbales… Ce phénomène gagne du terrain au sein de certains établissements. Qui a tort ? Qui a raison ? Quels sont les dessous de la dégradation de la relation entre certains élèves et leurs professeurs ? Les enseignants sont censés être au-dessus de tous soupçons et généralement c’est sur le dos de ces jeunes que l’on colle la responsabilité. Or, pour se défendre, la jeune gent semble avoir son mot à dire.
D’emblée, Rym, candidate au bac, 18 ans, dit que certains professeurs ne méritent pas le respect. La jeune fille dit ne pas avoir eu de problèmes notables avec ses enseignants. En revanche, elle juge le comportement de certains enseignants incorrect. «Je ne suis pas en train de disculper les élèves parce que j’en fais partie. Je suis persuadée qu’un bon nombre d’élèves méritent d’être punis et corrigés parce qu’ils dépassent parfois les bornes. Nous allons tous en classe pour apprendre. Et nous sommes tous redevables d’avoir une ligne de conduite irréprochable. Or, certains élèves se croient tout permis parce qu’ils ont des parents bien « calés ». Dès lors, ils peuvent oser se comporter en classe avec beaucoup d’arrogance et d’impolitesse. Le problème, c’est que certains enseignants les laissent faire… Et c’est justement ce genre d’enseignants que je considère indignes de respect parce qu’ils sont censés agir de manière équitable avec tous les élèves et qu’ils sont redevables de corriger tous ceux qui dérapent indépendamment du statut de leur famille. En contre-partie, nombre d’enseignants imposent le respect. Lorsqu’ils sont en classe, ils n’ont qu’un seul objectif : nous donner le meilleur d’eux-mêmes. Ils sont sérieux, corrects et équitables. Ce genre de professeurs est respecté, voire considéré comme un parrain par la majorité des élèves», dit-elle.
Raouf, 20 ans, candidat au bac, pense que la responsabilité de la dégradation de la relation entre les enseignants et les élèves ne peut être imputable à une seule partie. Le jeune homme pense que les uns comme les autres ont leur part de responsabilité. « Certains élèves, je ne le nie pas, méritent d’être sévèrement corrigés par les enseignants parce qu’ils font preuve d’une impolitesse outrée. Ils font l’école buissonnière, ils s’adonnent à des comportements irresponsables et ne respectent pas le cadre dans lequel ils sont. Un élève est redevable de respecter le règlement de l’école, de respecter ses enseignants et de faire preuve de sérieux. S’il agit à l’encontre de cette convenance, il doit être corrigé et nul n’a le droit de protester. Cela dit, certains professeurs ont leur part de responsabilité dans la rébellion des élèves. Comment peut-on respecter un professeur qui se montre indigne ? Certains vont jusqu’à se rapetisser devant un élève réputé être de famille aisée. Ils agissent autrement avec les élèves qui suivent des cours particuliers et cela ne peut qu’aggraver les choses dans la mesure où les autres ne sentent pas une équité en classe. Cela ne peut qu’agrandir le sentiment de mépris entre les deux parties et peut par conséquent dégrader la relation bilatérale. Les notes ne sont pas toujours données suivant des critères corrects. Certains élèves sont jugés selon d’autres considérations et cela donne naissance à des conflits. Je tiens à signaler toutefois que nombre de professeurs sont très dignes et je ne crois pas qu’un élève normalement conçu puisse manquer de respect à un professeur dans le genre», dit-il.
Wafa, 18 ans, candidate au bac, pense que le problème numéro un dans le conflit qui peut avoir lieu entre un enseignant et un élève relève essentiellement des notes données. «Que cherche un élève ? Il veut réussir. Et que cherche un enseignant ? Il est censé vouloir maintenir son cours dans une atmosphère saine. Le conflit peut avoir lieu lorsque l’un ou l’autre manque à l’un de ses devoirs. Nombre d’élèves débarquent en classe sans respecter le cours et sans respecter les enseignants. Ils font preuve d’insolence et d’arrogance et se désintéressent de ce que disent leurs enseignants. Cela donne naissance à des perturbations en classe qui peuvent faire boule de neige. Le professeur peut sentir que la classe échappe à son contrôle et cela peut le pousser à prendre des décisions fermes. En contre-partie, certains professeurs manquent de personnalité et peuvent être motivés par des raisons personnelles, dont essentiellement la rentabilité des cours particuliers, pour agir injustement envers certains élèves. Ces derniers ne peuvent plus respecter ce genre de professeur en question», dit-elle.
Moez, 18 ans, pense que le phénomène ne concerne qu’une minorité d’élèves et d’enseignants et qu’il ne peut aucunement être aussi vulgarisé. «Il est vrai que certains élèves se montrent irrespectueux envers leurs professeurs, mais leur nombre reste très restreint. Il est vrai aussi que certains professeurs aussi manquent de noblesse, mais ils se font très rares. A mon avis, il s’agit d’une catégorie de jeunes qui ne viennent pas à l’école pour étudier. Ils ont la tête ailleurs et ce pour plusieurs raisons : sociales, matérielles ou encore psychiques. Ils se montrent impolis et c’est tout à fait compréhensible. Quant aux professeurs incorrects, ils doivent aussi agir de la sorte parce qu’ils manquent de personnalité ou parce qu’ils n’ont pas de principes ancrés. Cela crée des susceptibilités et rend la relation entre les deux parties conflictuelle», dit-il.

Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com