Prêt d’argent à taux excessif : Des intérêts de cent mille dinars pour un crédit de 200 mille dinars





Tunis - Le Quotidien
Pour combler un déficit estimé à cinq cent mille dinars et qui menace l’entreprise de mettre fin à ses activités, un gérant a eu l’idée d’emprunter de l’argent en signant des chèques en guise de garantie. N’étant pas dans la possibilité d’honorer ses engagements, le gérant en question a vu ses créanciers saisir la justice.
Du coup, il s’est trouvé impliqué dans une affaire de chèques sans provision.
Arrêté, l’inculpé a tout déballé aux enquêteurs. C’est ainsi que l’affaire a pris une autre tournure. Dans la foulée, les auxiliaires de la justice ont interrogé les bénéficiaires des chèques avant de conclure à un acte d’usure et de prêt à taux excessif. Il est vrai que le gérant avait à payer des intérêts estimés à cent mille dinars sur un principal équivalant à deux cent mille dinars.
Un juge d’instruction a été chargé de mener l’enquête. Il devait entendre prochainement tous les protagonistes dans cette affaire.

H.M.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com