Chemseddine Ouni : Le poète des causes de notre temps





«Sayakoun Hounalika Sabab», traduisez-le «Il y aura là-bas une cause...», tel est le titre d’un recueil de poèmes publié par notre collègue et ami Chemseddine Ouni. Le recueil braque pleins feux sur des sujets littéraires et poétique dans un style très recherché.
Le recueil de Chemseddine Ouni n’obéit pas aux règles traditionnelles de la versification arabe. Le poète-journaliste, dans cet ouvrage de 155 pages, a voulu traiter du quotidien, dans un langage poétique facile d’accès mais qui tente d’expliciter les préoccupations de la société. Pourtant les poèmes présentés dans ce livre ne manquent pas parfois de subtilité. Ils sont composés dans un style où les vers sont inégaux. En effet, certains de vers sont composés avec un seul mot, tandis que d’autres en comptent plusieurs. Contrairement au genre poétique classique arabe où tous les vers riment entre eux, Chemseddine Ouni a opté pour la versification libre. Les vers sont, tantôt courts, tantôt étendus. Cette façon de procéder a donné lieu à des poèmes longs, bardés d’expressions arabes et agréables à lire.
D’ailleurs, le livre de Chemseddine Ouni compte treize poèmes. Outre son style limpide, ce recueil braque pleins feux sur des sujets aussi subtils que sur des questions d’une brûlante actualité. «Le plaisir du silence», «Il aurait pu voir la mer», «Les herbes de la route», «Un enfant chante dans les rues d'Istamboul», «D’autres causes», «Ces autres mots», tels sont quelques-uns des titres éloquents que Chemseddine Ouni a donné à ses poèmes. Le moins qu’on puisse dire est que son livre est d’un style poétique rare où le subtil se joint au limpide dans un langage arabe littéraire des plus soutenus. La qualité de son œuvre et son sérieux lui ont valu d’ailleurs d’être décoré du titre du quatrième chevalier de l’ordre de la culture. Une consécration bien méritée pour un journaliste-poète aux qualités humaines indéniables.

O.W.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com