Acropolium de Carthage : Une virtuose nippone au piano





Misa Kakumoto est l’un des grands espoirs de la musique japonaise d’aujourd’hui. Comme un chrysanthème, cette jeune nipponne éclora, ce soir, sur la scène de l’Acropolium de Carthage au bonheur du public de l’Octobre musical.
A la fleur de l’âge, Misa Kakumoto est la plus jeune artiste de cette 12ème édition de l’Octobre musical de Carthage. Une exception selon les normes japonaises ! Dix-neuf printemps, la pimpante Misa a déjà tracé sur les touches de son piano son quotidien et son destin. A Monterey Park, une ville américaine aux racines espagnoles, cette Japonaise a ouvert les yeux par un beau jour de l’an 1987…jusqu’à cette heureuse naissance pour la famille Kakumoto, tout aurait pu être ordinaire et la petite Misa aurait pu être un nouveau nom qui s’ajoute aux statistiques des naissances américaines et japonaises. Seulement la belle Misa a manifesté, dés sa petite enfance, un intérêt remarquable pour les sons et la musique. Ses premiers pas dans le monde ont été bien rythmés et bien réglés comme du papier à musique surtout avec les cours de piano qu’elle a commencés à prendre à l’âge de trois ans à Londres, soutenue et encadrée par l’artiste Madeleine Whitlaw. Et voilà que cette expérience londonienne s’est achevée en beauté et la petite Japonaise s’est retrouvée dans les airs frais et purs parfumés du Shii (chinquapin), Kashi (chêne vert), Kunugi (une autre variété de chêne) et du Kusu (camphrier) et de nouveau sur sa terre natale. De retour, la petite Misa Kakumoto a adhéré au Toho Gakuen School à Tokyo, choisissant la classe de piano et solfège que chapeautent Hisako Oshima et Noriko Imaizumi. Elle caressait les touches de son piano comme elle caressait sa poupée ou sa peluche. Des années de patience et de passion ont permis à cette virtuose du piano de s’imposer et de démontrer qu’elle a l’étoffe des grands et qu’elle est née pour être artiste. Citoyenne du monde, Kakumoto s’est envolée de nouveau loin des cieux nippons pour s’installer en Belgique afin d’aiguiser son talent et de s’ouvrir sur d’autres expériences. Bien entourée et orientée par l’artiste Dalia Ouziel, Misa Kakumoto a récolté les prix de sa persévérance et de son amour illimité pour la musique et surtout une reconnaissance internationale. Le premier prix de piano et duo (catégorie2) du concours EPTA, pour les jeunes pianistes, le deuxième prix du concours « Jeunes Musiciens » en 2001, le deuxième prix pour la 3ème catégorie du concours « Les Rencontres Internationales des Jeunes Pianistes » en 2003, le premier prix de piano avec distinction et le prix de solfège, au Conservatoire Royal de Musique de Mons, durant cette même année,le deuxième prix au 15ème Concours International Rome 2004…, Misa Kakumoto est, aujourd’hui, l’une des figures prometteuses qui font la promotion des écoles de musique et des orchestres symphoniques japonais. Sur les pas du maestro Ozawa Seiji, de la célèbre pianiste Uchida Mitsuko, de la violoniste Goto Midori et d’autres musiciens japonais actifs sur la scène internationale, Misa Kakumoto est considérée comme l’une des dignes représentantes de la nouvelle génération. Étudiante au Conservatoire Royal de Musique de Mons, Misa Kakumoto a débarqué, hier à17h00, à Tunis, pour défiler, ce soir, sur la scène de l’Acropolium de Carthage avec un programme mariant des références de la musique classique occidentale comme Bach, Beethoven, Chopin et Liszt à trois compositions du célèbre pianiste et violoniste japonais Akira Miyoshi, à savoir «Arabesque of waves», «Sirens’weaving song» et «Bubbles Tagging». A découvrir.

Imen ABDERRAHMANI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com