L’Espagne piégée par elle-même…





Tous les amoureux de la petite sphère espéraient un comportement sportif de la part des Ibériques. Cependant ils ne l’ont pas fait et sont ainsi tombés dans leur propre piège.
Comme le dit un adage juridique «Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude». Autrement dit personne ne peut exiger un droit alors qu’il avait tout fait, entendez des manœuvres frauduleuses pour tromper l’autre partie.
C’est ce qui est arrivé à l’équipe d’Espagne de handball qui avait entamé cette «Statoil World Cup» avec deux victoires successivement devant la Tunisie puis la Grèce.
Pour leur troisième match, les champions du monde et finalistes du dernier Euro rencontraient la Suède qui (et contrairement aux prévisions des pronostiqueurs locaux) avait perdu la veille contre le Sept national.
Sur le papier, l’Espagne partait donc archifavorite devant des Suédois qui présentaient une équipe rajeunie, et de surcroît moyenne puisqu’elle ne s’est pas qualifiée aux prochains championnats du monde en Allemagne.

Les meilleures attaques récompensées
Cependant, sur le parquet, les camarades du portier Hombrados ne firent honneur ni à leur rang ni à leur réputation. Et ils perdirent leur match par un écart tel qu’ils permirent la qualification de la Suède, croyant en même temps avoir assuré leur propre passage en demi-finale.
Mais ils n’avaient pas bien lu les règlements de ce tournoi. Car qu’est ce qui s’est passé ? A la fin des trois matches, la Tunisie, la Suède et l’Espagne se retrouvèrent avec quatre points.
Pour les départager, il fallait recourir au goal average en prenant en compte les confrontations entre les trois équipes. Ainsi, la Suède qui avait perdu contre la Tunisie par un but d’écart et avait battu l’Espagne par neuf buts d’écart, dispose d’un goal différence de +8.
La Tunisie avait perdu contre l’Espagne par cinq buts d’écart puis a gagné la Suède avec un but d’avance, ce qui lui fait -4.
Quant à l’Espagne, elle a gagné face à notre Sept national par cinq buts d’écart mais a perdu contre la Suède par neuf buts d’écart, ce qui lui fait aussi -4.
En se retrouvant avec le même goal average (-4), on a recouru aux équipes qui ont marqué le plus de buts lors des confrontations directes. Ainsi, la Tunisie a signé 64 buts (30 + 34) alors que l’Espagne n’en a marqué que 54 buts (35 + 19).
Et les Suédois, organisateurs de cette World Cup, ont donné raison aux Tunisiens lorsque les Espagnols avaient tenté de contester cette règle.
Tant mieux pour l’éthique sportive...

ABDELLATIF




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com