Territoires occupés : Abbas dissoudrait le gouvernement du Hamas





Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a confié au chef de la diplomatie de l'Union européenne Javier Solana qu'il dissoudrait le gouvernement dirigé par le Hamas d'ici deux semaines et nommerait un gouvernement de technocrates si aucun accord n'était trouvé pour former une coalition, selon des membres de son cabinet.

Le Quotidien-Agences
Mahmoud Abbas avait déjà évoqué cette éventualité, mais avait promis de ne pas forcer la main du Hamas en ce sens. En rappelant cette idée, il semble adopter une ligne plus dure face au Hamas, avec lequel il n'a pas réussi à s'entendre pour constituer un gouvernement de coalition avec son mouvement, le Fatah, nécessaire à la levée des sanctions internationales.
Après avoir rencontré Mahmoud Abbas, Javier Solana a déclaré que le dirigeant palestinien était "déterminé à accélérer le processus de présentation d'un gouvernement (...) qui soit accepté par la communauté internationale".
Un peu plus tôt, le haut représentant de la politique étrangère de l'UE avait appelé les dirigeants palestiniens à former un nouveau gouvernement afin d'éviter une crise humanitaire, sur fond de mises en garde contre une détérioration des conditions de vie de la population.
Au cours d'une visite dans un camp de réfugiés de Cisjordanie, Solana a souligné que les sanctions internationales contre le gouvernement dirigé par le Hamas avaient durement affecté la vie des Palestiniens. Il a exprimé l'espoir que les Palestiniens forment prochainement un gouvernement plus acceptable aux yeux de la communauté internationale.

Trop tard

"Le problème est que maintenant la solution politique pourrait arriver trop tard. Les choses pourraient être trop mauvaises" pour qu'on puisse aisément y répondre. "Nous devons renverser la situation", a-t-il dit dans le camp de réfugiés d'Askar.
Après des semaines de négociations infructueuses avec le Hamas, Mahmoud Abbas avait déclaré jeudi que la poursuite du dialogue était inutile.
Saeb Erekat, proche de Mahmoud Abbas, avait précisé que le dirigeant palestinien espérait désormais sortir de l'impasse en désignant un nouveau gouvernement de technocrates, tout en soulignant que le Mouvement de la résistance islamique devrait accepter le compromis. Des "discussions" sont en cours avec le Hamas, mais aucun accord n'a été conclu, a-t-il dit.
Javier Solana, haut représentant de l'Union européenne pour la politique étrangère et de sécurité commune (PESC), est arrivé mercredi en Israël, première étape d'une tournée de six jours au Proche-Orient. Il a rencontré le Premier ministre israélien Ehoud Olmert mercredi, Mahmoud Abbas jeudi ainsi que d'autres responsables israéliens et palestiniens.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com