Médecine et pédagogie numérique : Hippocrate se met en ligne…





Réunis en conclave à Tunis, une centaine de chercheurs venus de 13 pays
francophones “auscultent” depuis hier les perspectives d’utilisation des nouvelles technologies en matière de formation des médecins.

Tunis - Le Quotidien
Le Congrès International de l’Université Médicale Virtuelle Francophone (UMVF) se tient pour la première fois sur la rive sud de la Méditerranée. La 7ème session de ce congrès ayant pour thème “internet et pédagogie médicale” qui se déroule depuis hier à la faculté de Médecine de Tunis a pris les allures d’un véritable braïn storming. Dans son allocution d’ouverture des travaux du congrès. M. Lazhar Bououni, ministre de l’Enseignement supérieur, a affirmé que la Tunisie espère assurer 20% de la formation universitaire via le mode non-présidentiel d’ici 2009.
Un objectif “parfaitement dans ses cordes” d’autant plus qu’elle dispose du capital humain et des équipements requis. 50.000 étudiants sont actuellement inscrits dans les écoles d’informatique et de télécommunications. Dans trois ans, les facultés devraient assurer une moyenne d’un ordinateur pour quatorze étudiants sans compter les ordinateurs portables.

* E-learning médical
Les facultés tunisiennes de médecine sont résolument tournées vers l’intégration des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement. Plus de 600 heures d’enseignement médical des 1er et 2ème cycle ont été numérisées. Outre l’iconographie, les cours numérisés incluent l’évaluation interactive et les ressources disponibles à la faculté ou sur internet. Ce volume horaire correspond à plus de 20% d’enseignement médical. Le e-learning médical a également touché les études de 3ème cycle comme les mastères à distance à la faculté de médecine de Sfax et bientôt à Sousse et à Tunis.
Ces expériences sont souvent faites en collaboration avec l’Université Virtuelle de Tunis (UVT). Cette dernière représente en effet un “cadre fédérateur” et un levier de réforme numérique. “305 cours se rapportant aux différentes disciplines sont actuellement disponibles.
105 centres d’enseignement à distance dont 20 centres de visio-conférences sont également ouverts”, indique M. Houcine Chebli, président de l’UVT.

* Du pain sur la planche
En dépit de cette percée remarquable réalisée en matière d’enseignement à distance beaucoup reste à faire surtout en ce qui concerne la généralisation des équipements.
En France, 75% des étudiants disposent d’internet à haut débit.
35% possèdent des ordinateurs portables. 80% des étudiants sont abonnés aux centres de formation à distance et 88 facultés dispensent des cours numérisés. Autant dire que les établissements éducatifs tunisiens et les autorités de tutelle devraient déployer davantage d’efforts pour intégrer les nouvelles pratiques d’enseignement numérique dans leurs programmes mais aussi de disposer de structures de soins en ligne.
Les téléstaffs, les visio-conférences et la télé expertise constituent, par ailleurs, des moyens à même de rompre réduire les disparités entre le nord et le sud. Le décloisonnement qu’assure Internet concerne aussi bien les établissements de formation que les structures de soins. En témoigne l’émergence des centres de télémédecine et des centres hospitalo-universitaires (CHU) virtuels.

Walid KHEFIFI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com