Al Ahly 1 – C.S.S. 1 : Un pas en avant, mais le plus dur reste à faire





Le CSS vient de franchir un pas important dans sa conquête du titre tant convoité de la Champion’s League. En faisant jeu égal avec leurs adversaires au Caire, les Sfaxiens ont réussi la première ronde de cette finale.
Pourtant, le match a mal débuté pour les Tunisiens qui ont souffert durant la première mi-temps. Mrad Mahjoub a aligné une formation équilibrée malgré la présence de trois pivots récupérables (Boujelbène, Mrabet et Hammami), mais le pressing n’a pas bien fonctionné et ce sont les Egyptiens d’Al Ahly qui ont fait l’essentiel du jeu durant quarante-cinq minutes. Fort heureusement pour le CSS, cette domination n’a rapporté qu’un seul but, évitable de surcroît, mais elle a été utile dans la mesure où le coach sfaxien a su en tirer les enseignements pour redresser la barre à la reprise. Après le citron, on a retrouvé une autre équipe sfaxienne qui ne se contentait plus de défendre et de dégager la balle. Avec l’apport d’un Karim Nafti survolté, le danger sfaxien était plus évident et le but égalisateur réussi par Asamoah fut amplement mérité. Pour être plus “gourmands”, nous osons dire que Ziadi a laissé passer une belle occasion pour décider définitivement du sort de cette finale, mais il faut rappeler également qu’Al Ahly a également eu deux ou trois bonnes opportunités pour aggraver le score et Jaouachi, mal inspiré à l’occasion du premier but égyptien, s’est bien repris par la suite et a été l’auteur d’une belle sortie, tout comme les défenseurs qui ont souffert sans perdre leur sang froid. En fin du match, Mrad Mahjoub a préféré la prudence en optant pour le 4-5-1 et c’est tout à fait normal pour préserver un résultat positif.
A présent, à mi-chemin vers cette coupe africaine, le CSS dispose d’un avantage psychologique certain. Toutefois, le plus dur reste encore à faire avec un adversaire tenace et dangereux même en déplacement.
Les joueurs doivent se mettre en tête que rien n’est acquis pour le moment et que le plus dur reste à faire. C’est avec ce mental-là que la réussite sera au rendez-vous. Heureusement que le coach et ses poulains en sont conscients. Rendez-vous dans deux semaines pour un jour de sacre à… Radès.

K.Z.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com