Jacky Duguépéroux : «Face à l’E.S.H.S., un vrai match-piège»





Il s’agit d’une nouvelle tradition que Duguépéroux installe au Parc B. Un point de presse se tient avant chaque rencontre. Hier à midi, le Français a fait un état des lieux et a présenté le match de demain.

Quel état des lieux feriez-vous après trois semaines passées à la tête de l’équipe espérantiste?
Ce qui est certain c’est que je connais mieux le groupe. J’ai décidé de le scinder en deux pour travailler dans de bonnes conditions mais cela ne veut nullement dire que j’ai mis à l’écart la moitié de l’effectif. C’est une manière plus efficace qui permet un travail efficient. Je respecte là le principe de vases communicants.

Quel jugement portez-vous sur la valeur de l’effectif?
Techniquement, j’ai trouvé des éléments de qualité mais qui n’arrivent pas à bien s’exprimer le jour du match. A l’entraînement, ils sont performants, le jour “J” ils sont fébriles. Cela dit, je suis satisfait du niveau général et les joueurs doivent progresser sur le plan physique tout en faisant attention à leur comportement en dehors du terrain car je ne veux pas œuvrer avec des joueurs fatigués. Pour l’heure, ils sont réceptifs et répondent bien à mes appels.

Comment se présente pour vous le match de demain face à l’ES Hammam-Sousse?
Il s’agit d’un vrai match-piège. J’ai tenu à rappeler aux joueurs ces derniers jours qu’il n’y a pas de petites équipes. L’ESHS n’a encaissé que trois buts jusque là et à El Menzah, il fera de la résistance derrière pour jouer le contre. Un championnat se joue contre toutes les équipes et il faut éviter d’avoir un quelconque complexe de supériorité.

Avez-vous déjà fixé l'équipe-type sachant que trois titulaires seront suspendus demain?
Ce n’est pas dans mes habitudes d’annoncer le onze rentrant plusieurs jours avant le match. Les joueurs eux-mêmes l’apprendront trois heures seulement avant le coup d’envoi.

Des rumeurs ont circulé faisant état d’un appel de votre part pour le recrutement d’un avant-centre ou d’un régisseur. Qu’en est-il au juste?
Vous avez bien dit “rumeur”. Je n’ai rien demandé surtout qu’on dispose de cinq attaquants de valeur, à savoir Michaël, Zitouni, Letifi, Harbaoui et Kasdaoui. Quant au régisseur, l’équipe compte des éléments capables de bien jouer ce rôle à condition qu’ils prennent conscience de leurs moyens, qu’ils aient plus de personnalité et de confiance.

Il n’y a pas longtemps l’arme principale de l’Espérance était les balles arrêtées. Cherchez-vous à l’utiliser encore?
C’est évident mais il ne suffit pas de bien la travailler à l’entraînement. C’est plutôt une question d’application le jour du match. Face à l’ESS, les joueurs ont mal négocié les balles arrêtées. Et aujourd’hui, on va répéter sans cesse cette arme redoutable dans le football d’aujourd’hui.

Propos recueillis par Jamel BELHASSEN


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com