Théâtre : Harold Pinter, connu et inconnu





La médiathèque Charles-de-Gaulle vient d’abriter une série de festivités dont une soirée théâtrale consacrée en hommage au dramaturge britannique Harold Pinter.
“Harold Pinter, connu et inconnu”, tel est le thème de cette soirée, au cours de laquelle une pièce de théâtre a été présentée par les étudiants de l’Institut des Langues de Tunis (ISLT) et ceux de l’Université de Leeds de la Grande Bretagne. Concoctée par Tahar Bayouli et Mark Taylor Batty et présidée par Dr. Lecercle, professeur de littérature anglaise, cette pièce met en exergue la vision de Harold Pinter, à travers des situations théâtralisées où le réel se conjugue avec l’imaginaire. Cinq artistes et deux enseignants ont tenté de présenter: “Victoria et un pour la route”, en deux pièces. La mise en scène a été assurée par Zied Ben Sassi, Michael Bouffetier, André Iliev et Romain Loriol. L’idée originale de la réalisation a été proposée par la comédienne Mme Paula Kraft. Grâce à une étroite collaboration de l’ISLT, la présentation de la pièce a pu ainsi avoir lieu à l’Espace Carnot de la médiathèque Charles-de-Gaulle.
Pour parler de “Victoire et un pour la route”, disons que la pièce met en exergue une partie du genre littéraire et surtout du théâtre de Harold Pinter. Insultes et grossièretés, disputes avec un chauffeur de taxi, situations conflictuelles constituent en effet les séquences les plus percutantes de cette pièce. On pouvait déceler dans cette pièce le personnage d’un joueur de “Djembé” qui intervient pour ponctuer le discours d’un tortionnaire brutal. Le mérite de cette pièce est d’avoir soulevé un certain nombre d’interrogations restées d’ailleurs sans réponses. Cette approche est d’abord celle préconisée par Harold Pinter, pour qui la réponse à une question n’est jamais définitive. Une ambiguïté qui a poussé donc le metteur en scène à montrer les capacités d’adaptation de la pièce à toutes les situations adoptées où on peut changer de style, chaque fois que la pièce le demande. Côté ambiance, il y a eu au cours de la présentation de cette pièce beaucoup d’improvisations, de la musique et un décor exaltant. Comme le jeu d’acteurs, la mise en scène est spontanée, mécanique et attachante.
Outre la présentation de cette pièce, la soirée a été marquée par d’autres activités, dont des visioconférences au British Council et des lectures théâtralisées.

Ousmane WAGUE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com