Les Marines en Irak : La mort aux trousses





Le mois de novembre débute dans le sang pour l'armée américaine, qui a perdu sept soldats en deux jours, après un mois d'octobre particulièrement meurtrier et à quatre jours des élections de mi-mandat aux Etats-Unis, sur lesquelles la guerre en Irak pèse lourdement.

Le Quotidien-Agences
L'armée américaine a annoncé hier la mort de six soldats, dont trois ont été tués avant-hier dans l'explosion d'une bombe au passage de leur véhicule, dans l'est de Bagdad.
Un Marine est mort de ses blessures dans la province d'al-Anbar, le foyer de la rébellion sunnite dans l'ouest du pays, et un soldat est mort dans un "incident qui n'est pas lié aux opérations de combat", au nord de Bagdad.
L'armée américaine avait annoncé avant-hier la mort la veille d'un soldat dans l'explosion d'une bombe à l'ouest de Bagdad.
Ces décès interviennent à l'issue d'un mois d'octobre particulièrement meurtrier pour l'armée américaine, au cours duquel 104 soldats ont été tués, le bilan mensuel le plus lourd depuis janvier 2005.
Depuis 2003, 2.822 soldats américains et personnels assimilés ont été tués en Irak, selon un décompte de l'AFP basé sur les chiffres du Pentagone.
Pourtant, l'armée américaine a rendu publiques jeudi des statistiques "prometteuses", selon lesquelles, lors de la semaine du 23 octobre au 1er novembre, les violences sont en baisse de 21% dans le pays et de 41% à Bagdad pour les violences confessionnelles.
La dégradation de la situation en Irak menace la majorité républicaine à quelques jours d'élections aux Etats-Unis. Selon le dernier sondage réalisé avant le scrutin pour le compte du quotidien The New York Times et de la chaîne de télévision CBS, l'Irak sera en tête des préoccupations des électeurs quand ils renouvelleront la totalité de la Chambre des représentants (435 sièges) et un tiers (33) des 100 sièges du Sénat.
Or 76% estiment que les soldats américains rentreraient probablement plus rapidement si les démocrates redevenaient majoritaires au Congrès, après 12 années d'opposition.
Les démocrates ont fait de ce scrutin un référendum sur l'Irak et contre Bush; 34% seulement des Américains approuvent l'action du président, et 29% sa politique irakienne, selon le sondage New York Times/CBS.
Entre-temps, l'armée américaine a annoncé hier avoir tué "près de 13 personnes" et avoir capturé un suspect et découvert une cache d'explosifs au cours de deux raids vendredi matin à Mahmoudiyah, à 30 km au sud de Bagdad.
Plusieurs de ces hommes seraient des combattants étrangers, et la cellule à laquelle ils appartenaient serait liée à l'organisation terroriste al-Qaïda en Irak, selon l'armée américaine.
Les violences se sont poursuivies dans le reste de l'Irak. Une cérémonie de mariage a été la cible d'une nouvelle attaque, menée par des hommes armés, au cours de laquelle trois personnes ont été tuées, à al-Wihda, à 30 km au sud de Bagdad.
Près de Hilla, au sud de la capitale, un chef tribal chiîte, cheikh Nahab Omran, a été assassiné hier par des hommes armés, alors qu'à Kirkouk (nord), un muezzin sunnite a été abattu par des hommes armés.
Dans une attaque séparée, un employé d'une station-service a été tué à son domicile par des hommes armés, à Zab, à 95 km à l'ouest de Kirkouk.
Dans la capitale, le corps d'un journaliste irakien, enlevé en octobre, a été retrouvé mercredi, a annoncé hier à Mouayyed Lami, secrétaire général du Syndicat des journalistes irakiens. Il a précisé que son association était toujours sans nouvelles de cinq autres journalistes enlevés "ces trois derniers mois".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com