E.O.G.K. – C.S.H.L. (0-0) : En attendant des jours meilleurs





Le choc des Banlieusards était placé sous le signe de la réhabilitation, l’EOGK et le CSHL sortant de deux défaites, lourde, à Sfax, dans le cas du premier et cruelle dans celui du second, à Bizerte.

Avant d’aller se frotter aux deux promus, à Béja puis Hammam-Sousse, les Goulettois-Kramistes avaient tout intérêt à soigner leur capital points. Ils s’y employèrent, mettant beaucoup de cœur et de générosité. Mais encore une fois, la concrétisation fit défaut, Cardoso jetant au vent quelques bonnes opportunités (7’ et 85’) alors que Maameri, très actif comme à son habitude eut sa part du gâchis (12’ et 45’, le plus souvent en temporisant) tout comme Pape Georges (62’ et 70’).
Mais la plus nette occasion échut au Brésilien Cardoso qui fit trembler le montant, à la 18ème minute, sur un boulet de canon. Durant une bonne heure, Nabil Hamed, le playmaker manqua au jeu offensif des Aiglons avant d’effectuer sa rentrée à la place de Skander Majboura. Sur le flanc gauche, El Euchi tenta tant bien que mal de faire oublier l’absence, pour suspension, de Karim Ajmi.
Le CS Hammam-Lif ne sut pas profiter du manque de fraîcheur de son adversaire qui avait disputé trois jours plus tôt un match très difficile à Sfax, Ben Chouikha s’employa à servir dans les meilleures conditions un Guizani, un Harran, un Cissé. Mais, à vrai dire, les gars de Boukornine semblaient timorés, ne prenant pas de risques excessifs et se contentant la plupart du temps de fermer les couloirs devant les redoutables Maameri et Mhedhebi.
En laissant partir Jupiter, le CSHL a sans doute perdu en force de percussion. Il sera difficile à Khanfir de trouver la parade en comptant uniquement sur un effectif jeune. Il faudra s’activer sur le marché hivernal des transferts.

Formations

EOGK : Jeridi, Hmida (Hamraoui), El Euchi, Hammami, Ben Chaâbane, Gharbi, Mhadhebi, Majboura (Hamed), Pape George, Maameri, Cardoso (Agrebi).
CSHL : Mejri, Ben Saad, Naouas, Cherif, Toujani, Laaroussi (Issaoui), Brinis (Saâdi), Guizani, Cissé, Harran (Jedidi), Ben Chouikha.

S.R.

Un homme dans le match
La solitude de Ben Chouikha


Encore une fois, le talent immense de Ben Chouikha donne l’impression que l’inspirateur du jeu hammam-lifois prêche dans le désert. Tout autour, il n’y a plus Jupiter pour lui servir de bras et d’exécutant des belles envolées, chevauchées et ouvertures. Il n’y a plus que de jeunes porteurs d’eau, certes animés des meilleures intentions et volontaires à souhait mais manquant terriblement de poids tout autant physique que technique. De ce pas-là, les Boukorninois (la plus faible attaque avec trois buts seulement) vont beaucoup souffrir cette saison. La réception de l'Espoir d’Hammam-Sousse dès la prochaine journée ressemblera pour eux à un match pour la survie. Pourvu que Ben Chouikha ne se sente pas aussi seul qu’il le fut hier au stade Chtioui de La Marsa !

S.R.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com