E.O.G.K. : Les limites de Cardoso, «l’explosion» de Maameri





Les points perdus commencent à peser lourd et en deux temps trois mouvements, l’EOGK se retrouve dixième avec deux petites victoires acquises dès le début de saison face à l’ASM (1-0) puis à Bizerte (2-1).

Les Verts de la Banlieue Nord dorment-ils sur leurs lauriers? Lotfi Jebara écarte pourtant d’un revers de la main cette hypothèse et parle plutôt d’une inefficacité chronique, du reste fort inquiétante, qui fait que ses poulains n’arrivent pas à concrétiser une certaine domination : “Encore une fois, devant le CSHL, nous nous créons beaucoup d’occasions, on déploie un grand volume du jeu, mais, à l’arrivée, on se retrouve incapable de transformer cet ascendant au tableau d’affichage”, regrette-t-il.
D’ailleurs, ce constat ressemble maintenant à une litanie puisque le coach banlieusard en est réduit à reprendre les mêmes arguments pratiquement après chaque sortie : après la défaite à El Menzah face à l’US Monastir, après la démonstration de Gafsa, et même après le nul concédé dans les arrêts de jeu devant le CA.
Dans le cas d’un club aux moyens très réduits, ce gâchis risque à la fin de coûter cher :
“Oui, cela a de quoi inquiéter. Le résultat ne peut pas me satisfaire d’autant que nous avons dominé un adversaire que nous savions peu en confiance et dont l’arme favorite restait le contre. Mais il y a heureusement un motif de satisfaction qui me donne quelques raisons d’espérer : nous ne jouons pas mal et nous nous procurons beaucoup d’occasions. Maintenant, il faut continuer à privilégier le travail devant les buts et à mettre en place plusieurs variantes dans le dessin d’améliorer la concrétisation et nous montrer plus réalistes”, analyse le coach des Aiglons.
Pourtant, à bien y réfléchir, il y a de bonnes raisons de se demander si Jebara et son staff ne doivent pas essayer de nouvelles formules en attaque. Est-on sûr que le Brésilien Cardoso auteur jusque-là de deux buts, est bel et bien l’avant-centre dont a besoin l’EOGK si l’on regarde le ratage monstrueux démontré face au CSHL, entre autres, la fameuse occasion de la 81ème minute lorsqu’il trouva le moyen de mettre dehors un ballon qui n’avait besoin que d’être poussé au fond des filets sur un gros travail et un service impeccable du virevoltant Maameri?

Atout majeur
Mohamed Ali Chatrit, l’avant-centre franco-palestinien de la saison précédente, était quelque peu brouillon et manquait souvent de lucidité, mais il pesait beaucoup sur les défenses adverses, mettait énormément de pression dessus par son dynamisme et son abattage et ouvrait des brèches devant ses partenaires. L’EOGK est également trahie par le déclin d’un Pape Georges qui n’est plus aussi tranchant et incisif que la saison passée, même s’il lui arrive de sortir quelques exhibitions du tonnerre, car le potentiel y est, mais la courbe de forme n’est pas ascendante.
Conséquence : le public goulettois-kramiste, qui ne fait à vrai dire rien pour aller soutenir ses favoris au stade, commence à s’impatienter pour le rendement très instable de Cardoso dont l’unique exploit marquant aura été le boulet de canon réussi sur coup-franc devant le Club Africain. Les fans des “Aiglons” attendent avec impatience le marché des transferts pour voir corrigées certaines lacunes offensives. Mais si l’EOGK engage un bon avant-centre et perd, par exemple, en même temps un Hamouda Maameri, très en verve et qui commence à intéresser beaucoup de clubs, aura-t-elle dans ce cas gagné au change et serait-on sûr, en banlieue Nord, de sortir de l’auberge?

S.R.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com