Les jeunes et les apparences : La fin justifie la poudre aux yeux





Nombre de jeunes accordent un soin particulier à leurs apparences. Certains se contentent juste d’être présentables. D’autres accordent peu d’importance à leur allure et leur paraître. Et entre les uns et les autres, il y a ceux qui vont jusqu’à faire de leur look une réelle obsession. Ils ne sortent de chez eux qu’après avoir parfaitement soigné leur apparence… Qu’est ce qui prime justement pour les jeunes gens : l’être ou le paraître? Accordent-ils un intérêt particulier aux apparences et jugent-ils les autres selon ce qu’ils semblent être ?

Tunis-Le Quotidien
L’être humain peut dissimuler ses défauts et ses complexes derrière une allure sympathique et, autant que faire se peut, avenante. Il peut donc cacher une grande partie de sa véritable personnalité derrière une apparence plutôt trompeuse. L’apparence est dans ce contexte une représentation de l’image qu’il veut véhiculer. Celle-ci ne reflète pas l’être. Car, comparée à la vérité, l’apparence est dépourvue de consistance réelle : elle échoue en effet à nous présenter l’être dans son intégralité et sous sa vraie «version». Elle est synonyme pour le cas d’espèce de reflet, de substitut, de vraisemblance, ou même d’illusion. Dans le monde des jeunes, le look peut avoir une importance capitale dans la mesure où chacun essaie de paraître sous sa meilleure forme, histoire d’attirer le regard du sexe opposé. L’allure est aussi importante pour les jeunes personnes étant donné qu’elle permet les comportements frimeurs et ostentatoires, spécifiques à bon nombre de jeunes. Toutefois, même si les apparences peuvent être trompeuses, chacun semble être jugé par la société selon ses apparences et selon l’image qu’il véhicule. Et c’est d’ailleurs la première raison qui mène les jeunes à soigner leur look. Une jeune fille qui sent le parfum pénétrant, qui porte des habits coquins, qui a des cheveux lissés et brillants et un visage maquillé avec goût, a de grandes chances d’attirer les regards et sera traitée différemment par rapport à une autre qui a une allure fruste. Idem pour un jeune homme qui porte des habits de marque, qui a des chaussures qui brillent, des cheveux bien gominés et qui possède les plus récents gadgets.
Ce constat est confirmé par Imène, 20 ans. La jeune fille n’ose pas franchir le seuil de la maison avant de soigner son apparence. Elle pense qu’en procédant ainsi, elle peut garantir qu’elle passera une assez bonne journée… «Lorsque je m’aventure à sortir de la maison vêtue n’importe comment, tout marche de travers. Les autres me regardent de manière hautaine. Si je pénètre dans une administration, on me traite de manière nonchalante et si je vais dans un fast- food ou dans un salon de thé, je ne suis servie qu’après une longue attente. Les autres prennent en considération, voire te jugent selon ce que tu donnes l’air d’être et non pas pour ce que tu es réellement. Il faut dire que c’est légitime dans la mesure où personne ne peut deviner ce que nous sommes vraiment. Le premier contact physique dépend toujours de ce que nous véhiculons comme image. Cela dit, si je veux être traitée convenablement, j’ai intérêt à soigner mon apparence. Moi, je ne juge pas les autres selon leur paraître. Je pense que les yeux reflètent l’âme de la personne et c’est en regardant dans le fond des yeux de mon vis-à-vis que j’arrive à me faire une idée sur ce qu’il est réellement. N’empêche qu’un minimum de tenue s’impose. Je jugerai sûrement mal quelqu’un qui sent mauvais et qui a des habits sales, mais pas un autre qui a l’air propre mais qui porte des vêtements usés», dit-elle.
Islam, 18 ans, trouve que les apparences peuvent induire en erreur dans la mesure où de nombreuses personnes tiennent justement à avoir une image de marque pour tromper autrui.
«A priori, si l’on rencontre quelqu’un qui porte des habits de marque et qui a un look parfaitement soigné, on va illico lui coller l’étiquette de quelqu’un qui est issu d’un milieu huppé et qui connaît les bonnes manières. Or, il est très probable qu’il soit balourd et fruste et qu’il a eu ses habits par des moyens détournés ! Tout ce qui brille n’est pas or, voilà ma devise dans la vie et je parle en connaissance de cause. Il faut avoir une apparence présentable et une bonne hygiène de vie, mais je ne juge jamais les autres selon cet aspect physique uniquement. Beaucoup d’autres choses sont à prendre en considération comme la façon de parler, de manger, d’aborder les autres… Tout cela peut être révélateur de ce que peut être vraiment la personne», dit-elle.
Mohamed Aziz, 20 ans élève, accorde une grande importance au paraître. Le jeune homme pense que toute la société raisonne de la sorte. «Si je m’habille n’importe comment, je serai considéré comme un clochard ou un marginal. Tout le monde me regardera de travers et on me dédaignera. C’est justement pour gagner l’estime et la sympathie des autres que j’essaie d’avoir toujours une apparence bien soignée. Par ailleurs, je ne juge pas les garçons selon leurs apparences, car l’homme doit être considéré pour ce qui est et pour ses qualités humaines. En revanche, je juge toujours une fille selon l’air qu’elle donne. Une fille qui s’habille bien reflète son goût raffiné, mais une autre qui s’habille de façon osée et ostentatoire, doit être une fille facile, il n’y a pas à discuter», dit-il.
Riadh, 21 ans, partage le même avis. Le jeune homme pense qu’il ne peut être estimé par les autres qu’en soignant son apparence. «Soyons réalistes, nous évoluons dans un contexte où seuls ceux qui ont une situation aisée sont privilégiés. Il faut appeler un chat, un chat. Si je donne un air de quelqu’un qui a peu d’argent, on me piétinera et tout le monde manifestera à mon égard un mépris hautain. Donc, il faut bien que je soigne mon look pour réussir à me faire une place dans une société où la matière règne. Les filles par exemple, ne décident de répondre à ta demande qu’après avoir passé au peigne fin ta tenue, tes cheveux, tes chaussures, ta montre, ton téléphone portable…Tout, si tu sens le fric, c’est dans la poche ! C’est normal donc que les apparences comptent», confie-t-il.
Mohamed Amine, étudiant de 21 ans, pense que les apparences peuvent refléter l’image de la personne seulement aux yeux des vrais connaisseurs. «J’accorde une grande importance aux apparences dans la mesure où c’est révélateur du goût, de l’appartenance sociale et même du caractère de la personne. Mais il faut savoir déchiffrer. Certains pensent qu’il suffit d’être bien habillé ou de porter une tenue de marque pour être considéré comme ceux faisant partie des “gens biens“. Or, certaines tenues ne conviennent pas pour certains endroits. Il y a des tenues de ville, d’autres spécifiques aux soirées. Même les parfums ne doivent pas être mis arbitrairement. Il y a des parfums spécifiques au jour, aux soirées, à la saison estivale ou hivernale…En matière d’apparence, il y a beaucoup à apprendre et il ne suffit pas de porter des habits chers. La façon de parler, les pas, la manière de s’asseoir, de manger etc. sont aussi révélateurs de l’appartenance sociale et des traits de caractère de la personne. Partant de ce constat, les apparences peuvent être très révélatrices», dit-il.

Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com