Pour la presse mondiale : La fin de l’arrogance de Bush





La victoire des Démocrates aux Etats-Unis marque la fin de l'ère Bush, un président arrogant et croyant pouvoir gouverner le monde, estimait hier la presse mondiale.

Le Quotidien-Agences
La presse britannique souligne le rejet de George W. Bush, de son bilan en Irak mais aussi de son style d'exercice du pouvoir, particulièrement dans les questions internationales.
"Une denrée précieuse et perdue depuis trop longtemps dans la politique américaine est réapparue... Elle s'appelle la réalité", écrit le quotidien de centre-gauche The Independent, tandis que le tabloïde anti-guerre Daily Mirror titre: "les Etats-Unis se réveillent enfin et bottent les fesses de (...) Bush".
En France, le journal La Croix relève qu'"il est sain que cette prétention à diriger unilatéralement le monde se trouve invitée à plus de modestie". "Bush, victime de guerre", titre Libération (gauche), voyant dans la défaite de Bush la condamnation de la guerre en Irak, et le retrait des troupes américaines "désormais inévitable".
En Allemagne, le Berliner Zeitung (centre-gauche) voit dans ces élections "la défaite de l'idéologie néoconservatrice dont les représentants ont dominé la société et le débat politique".
Au Proche-Orient, le Jordan Times espère "la fin d'une ère très triste d'unilatéralisme américain et de mépris total pour le droit international" et que "les Américains vont enfin réaliser qu'ils ne sont pas seuls dans le monde et n'ont pas le monopole des valeurs justes", tandis que la presse iranienne salue "la chute des faucons".
Les Américains ont dit "non à la guerre" en Irak, écrit pour sa part le quotidien réformateur iranien Hambasteghi, résumant les commentaires de la presse du Moyen-Orient sur la défaite républicaine aux élections législatives et la démission de Donald Rumsfeld.
"Les crimes commis en Irak tuent des citoyens innocents de ce pays, mais ce qui a le plus contribué à la défaite des républicains, c'est le nombre croissant de soldats américains tués en Irak", ajoute Etemad-Melli.
"La condamnation à mort de Saddam Hussein était apparue comme la dernière carte des républicains, mais ce verdict, dénoncé par les alliés mêmes des Etats-Unis, n'a pas changé le climat de haine contre la guerre et n'a pas profité aux républicains", poursuit le journal.
Sous le titre "l'Irak défait Bush", le journal libanais al-Akhbar écrit que "Bush a réussi à entraîner avec lui son parti dans le gouffre (...) et il a consacré Rumsfeld comme première victime de la déroute des républicains".
"Ce résultat pourrait être le début d'un comportement différent, notamment en ce qui concerne l'Irak ainsi que les autres questions régionales", écrit le journal du parti au pouvoir en Syrie, Al-Baath.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com