C.S.S. : Savoir gérer l’excès de pression





Vainqueur de la Coupe de la CAF en 1996 et la Coupe arabe en 2004, le CSS semble bien parti pour honorer toute la Tunisie et s’emparer de cette Coupe africaine.

Après le résultat précieux ramené du Caire face à ce même adversaire (1-1), le CSS entame demain la rencontre retour de cette compétition avec un avantage psychologique certain. 90 minutes donc séparent le CSS du titre suprême mais, pour y parvenir, les coéquipiers de Boujelbane doivent croire en leurs moyens et demeurer concentrés et vigilants de bout au bout, car le CSS disputera demain le match le plus important de son histoire et la balle est par conséquent dans le camp des joueurs.

Aucune défaillance
En stage fermé depuis lundi dernier à Ezzahra. Le CSS travaille dans le calme et la sérénité. Le moral est au beau fixe.
24 joueurs participent à ce stage il s’agit de : Jaouachi, Bejaoui, Kalaï, Saïdi, Haj Messaoud, Hammami, Gharbi, K. Ben Amor, Mardassi, Abdi, A. Ben Amor, Mechergui, Boujelbane, M’rabet, Nafti, Kadri, Zaidi, Bargaoui, Younes, Essefi, Achoula, Blaise, Asamouah et Labidi. On ne déplore donc aucune défaillance à l’exception de Wissem Abdi (suspendu) mais son absence ne pose pas de problème pour le coach M’rad Mahjoub qui a choisi Mechergui pour le remplacer.
Aujourd’hui dernière séance
Le CSS clôturera aujourd’hui sa préparation pour le match de demain contre Al Ahly par une dernière séance qui se déroulera à l’annexe du stade 7 novembre de Radès. Cette séance sera réservée pour mettre en place les dernières retouches et probablement pour choisir l’équipe qui sera alignée demain.

Noureddine Baccouche

__________________

Karim Nafti : «Aller au bout de nos intentions»

S’il y a un joueur sur qui tous les regards sont actuellement braqués, c’est bien Karim Nafti. D’ailleurs, d’aucuns estiment que la réussite du CSS devant Al Ahly dépend en grande partie de la prestation de ce joueur, l’un des plus doués de sa génération.

Il est vrai que d’autres joueurs sont importants dans l’échiquier sfaxien, mais Karim Nafti en tant que régisseur est capable d'apporter des solutions au moment où l’équipe en a besoin. Il l’a démontré face aux Egyptiens en match aller, dominant de la tête et des pieds partenaires et adversaires et éclaboussant de sa classe la rencontre.
Tous les supporters, ainsi que le staff technique sfaxien espèrent voir leur joueur récidiver son rendement du Caire. Qu’en pense Karim Nafti?

Tout le monde s’attend à vous voir mener l’équipe vers la consécration finale. Qu’en pensez-vous?
La victoire finale est l’affaire de toute l’équipe et repose sur le rendement de tous les joueurs et les plans établis par le staff technique.
Il est vrai qu’au Caire j’ai livré une prestation honorable, mais cette prestation n’aurait pas été possible sans la sollicitude et l’aide de tous mes camarades.

Comment appréhendez-vous cette rencontre décisive contre les Cairotes?
C’est le match piège par excellence. Tout le monde pense que le plus dur a été réalisé à l’aller. Personnellement, j’estime que nous avons fait un grand pas en ramenant le nul, mais il n’en demeure pas moins que le plus dur reste à faire.
Il faut garder présent à l’esprit que nous rencontrons ni plus,ni moins l’équipe la plus redoutable du Continent. Les Ahlaouis ont assez de métier et d’expérience qui leur permettent de savoir négocier ce genre de rencontre. En outre, ils ne vont certainement pas rater une occasion pour nous déconcentrer. En somme, les Egyptiens ne seront pas faciles à manier et c’est à nous de savoir comment gérer les péripéties de la rencontre.

Comment allez-vous vous y prendre?
Il nous faut attaquer, tout en veillant à préserver nos arrières, car la moindre erreur risque d’être fatale dans ce genre de rencontre. Cette option doit reposer sur un milieu actif qui doit imposer son rythme et porter le danger sur les flancs.
Pour réussir dans notre entreprise, il nous faut rester concentrés sur notre sujet de la 1ère à la dernière minute et essayer de ne pas succomber sous la pression. Il nous faut, aussi, oublier dès le départ, le résultat du match aller et ne penser qu’à réaliser notre objectif, à savoir la victoire.

Quel est, selon vous, le meilleur scénario pour aborder ce match?
Prendre l’avantage d’entrée. Un tel scénario peut nous mettre en confiance et faire douter notre adversaire qui sera dans l’obligation de se découvrir pour revenir au score. A défaut, nous devons faire preuve de vigilance et de patience, car la rencontre peut se jouer sur un détail, mais nous sommes prêts à parer à toute éventualité.

L'optimisme règne partout. Que promettez-vous à ce large public qui attend l’exploit de votre part?

Qu’ils nous soutienne pendant 90’ et qu’il prenne patience. Pour notre part, nous sommes déterminés à out donner pour remporter le trophée. C’est le rêve non seulement des joueurs ou des supporters sfaxiens, mais celui de tout le peuple tunisien et rien ne nous arrêtera pour exaucer leur vœu et le nôtre.

Moncef SEDDIK




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com