Les Américains négocient avec Saddam : La vie contre la fin de la Résistance





Selon un quotidien égyptien, Saddam aurait négocié avec les Américains la non-application de la sentence prononcée à son encontre et ce contre l’avis des Chiîtes qui maintiennent la pression.

Le Quotidien-Agences
L'hebdomadaire égyptien Akher Saat ("La Dernière Heure") croit savoir que l'annonce de la condamnation à mort de Saddam Hussein a été précédée d'un accord tripartite conclu entre le gouvernement irakien, Stephen Hadley, le conseiller de George Bush pour la sécurité nationale, et des dirigeants de la résistance irakienne, en présence de l’ex- président. Les Résistants se seraient engagés à limiter leurs attaques en échange de la non-application de la peine de mort prononcée à l'encontre de Saddam.

Pression
Entre-temps les Chiîtes irakiens continuent d’exercer une pression afin que ce jugement soit appliqué le plus rapidement possible.
Certains d’entre-eux, le représentant du grand ayatollah Ali Sistani dans la ville sainte chiîte irakienne de Kerbala, Ahmed al-Safi, a souhaité hier que "Saddam soit pendu entre les deux mausolées" de la ville, dans son prêche.
"Le verdict du tribunal est juste et légitime. Je souhaite maintenant que Saddam soit pendu entre le mausolée de l'imam Hussein et celui de Abbas, ici à Kerbala", a demandé Ahmed Al-Safi, lors de son prêche hebdomadaire dans le mausolée de l'imam Hussein.
"Nos blessures ne guériront pas tant que le gibet n'aura pas été installé ici, pour appliquer la sentence. Ceux qui pensent que cette exécution ne fera qu'envenimer la situation se trompent, bien au contraire", a-t-il ajouté.
"Tant que l'appel est en cours, je crains une tentative de manipulation", a avoué le cheikh.
Ahmed al-Safi est le représentant à Kerbala du grand ayatollah Ali Sistani, la plus haute autorité chiîte en Irak.

_____________________

Moubarak met en garde

Le président égyptien Hosni Moubarak a brisé le silence malaisé observé par les pays arabes après la condamnation à mort de Saddam Hussein, estimant que l'exécution de l'ex-président irakien ne ferait qu'aggraver la violence en Irak.
Poids lourd du Proche-orient et allié des Etats-Unis, Moubarak, qui ne cesse de s'inquiéter de voir le conflit irakien s'étendre à la région, a estimé, dans des commentaires rapportés par les quotidiens officiels égyptiens que "l'exécution de ce verdict fera exploser la violence en cascades en Irak".
Le verdict "transformera l'Irak en mares de sang et provoquera une aggravation des conflits sectaires et ethniques", a ajouté le président égyptien. Ce commentaire est le plus important dans le monde arabe à ce jour depuis la condamnation à mort par pendaison de Saddam Hussein dimanche par le tribunal spécial irakien.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com