Industries agroalimentaires : Un nouveau plan de développement ambitieux





Au cours d’une conférence de presse tenue hier au siège du ministère de l’Industrie, de l’énergie et des PME, M. Zakaria Hamad, Directeur général des industries agroalimentaires, a présenté les grands axes du nouveau plan adopté récemment pour le développement de ce secteur.

Tunis-Le Quotidien
Décidée par le Président de la République à l’issue d’un récent conseil ministériel, la nouvelle stratégie de développement du secteur des industries agroalimentaires a pour principaux objectifs de consolider la production, l’exportation et la compétitivité de ce secteur.
M. Zakaria Hamad a précisé dans ce contexte que cette nouvelle stratégie englobe quatre grands axes, en l’occurrence, la maîtrise de l’organisation des campagnes de transformation, le renforcement de la qualité et de la sécurité des aliments, la promotion du partenariat, du développement technologique et de la mise en réseau, ainsi que l’encouragement de la production et de l’exportation.
Au niveau du premier axe, M. Hamad a souligné que les objectifs fixés visent la mise à niveau du maillon de la collecte conformément aux exigences de cahiers de charge spécifiques notamment pour les secteurs de la transformation du lait et des tomates…, l’élaboration et la diffusion de contrats de production types approuvés par les professions, la mise en place de systèmes unifiés pour le paiement à la qualité des produits agricoles destinés à la transformation, et l’organisation du transport de l’approvisionnement des unités de transformation en produits agricoles.
Pour l’axe du renforcement de la qualité et de la sécurité des aliments, la nouvelle stratégie vise essentiellement l’élaboration et l’application de cahiers des charges pour l’agréage technique des unités de transformation de tomates, de conditionnement des fruits et légumes et dattes et de production des semi-conserves, l’assistance des unités industrielles des produits d’origine animale pour la mise en place de systèmes certifiés d’assurance qualité (HACCP et ISO 22000) et ce avant la fin de l’année 2009, ainsi que la création de labels de qualité pour l’huile d’olive, les dattes, la sardine et l’harissa et assistance des entreprises exerçant dans le domaine du conditionnement de l’huile d’olives et des dattes pour la mise en place des méthodes de traçabilité.
M. Zakaria Hamad a mentionné que dans le cadre de cette nouvelle stratégie, une nouvelle société privée a été créée pour l’aménagement et le développement du pôle de développement de Bizerte qui représentera un outil efficace pour la promotion des investissements dans le cadre du partenariat, du développement technologique et du réseautage.
Ce nouveau pôle aura à mettre en œuvre en collaboration avec l’agence de promotion des investissements extérieurs d’un programme de démarchage des principales sociétés multinationales spécialisées dans la production des dérivés de la tomate, du conditionnement de l’huile d’olive, de la production des semi-conserves et des plats cuisinés à partir des produits de la mer en vue de les inciter à investir en Tunisie.
Le pôle de Bizerte aura également à mettre en œuvre un programme d’innovation technologique concernant sept activités industrielles prioritaires à savoir l’huile d’olive, les conserves de poisson bleu, les fromages, les dérivés des céréales, les dérivés de la pomme de terre, les produits vinicoles et de conservation par le froid.
Pour ce qui est du réseautage, le pôle de Bizerte veillera à la mise en réseau de 100 entreprises actives actuellement dans le secteur des industries alimentaires avec un ensemble de laboratoires et d’établissements de formation que ce soit à l’échelle nationale qu’internationale.
Le Directeur général des industries agroalimentaires a noté en outre que la nouvelle stratégie prévoit le renforcement de la recherche scientifique agricole afin de développer la sélection et l’obtention des variétés qui répondent aux exigences de l’industrie de transformation, et ce dans le cadre de l’encouragement de la production et de l’exportation.
Dans ce même contexte, la stratégie de développement des industries agroalimentaires vise l’encouragement de l’investissement dans le domaine du conditionnement des certains fruits et légumes à travers la réglementation (soumission obligatoire) de l’opération de calibrage avant la mise à la consommation, ainsi que l’autorisation des industriels à recourir à l’importation dans le cadre d’admission temporaire afin de pouvoir satisfaire les demandes à l’exportation et ce à chaque fois que la production nationale régresse.
M. Hamad a expliqué que cette dernière décision n’est pas généralisée sur tous les créneaux et qu’elle est prise en particulier en faveur des industriels de l’huile d’olive qui souffrent des variations de la récolte selon les saisons, chose qui leur cause plusieurs problèmes d’autant plus qu’ils sont appelés à respecter des contrats signés parfois sur le long terme.

Mohamed ZGHAL


Les industries agroalimentaires, un secteur promoteur

Le secteur des industries agroalimentaires compte, actuellement, environ 5500 entreprises dont 938 unités employant plus de 10 mille personnes. Le secteur englobe quelques 128 entreprises totalement exportatrices et 118 autres opérant dans le cadre d’accords de partenariat avec des entreprises étrangères opérant en majorité sur le marché local.
Le secteur est caractérisé par un taux d’employabilité important avec près de 85000 emplois, et participe à raison de 3,7% dans le PIB, alors que sa contribution dans la valeur totale des exportations avoisine les 9%.
Le secteur occupe la première place en ce qui concerne les investissements adoptés dans le cadre du programme de mise à niveau (22%), et compte 510 entreprises adhérentes à ce programme.
Ce dernier a permis aux entreprises adhérentes de développer leurs activités et de multiplier leurs chiffres d’affaires destinés notamment à l’export grâce aux actions d’amélioration de la qualité de leurs produits.
Le secteur enregistre un taux de croissance en évolution continue arrivant à 3,1% au terme du Xème plan de développement. Pour le XIème plan les objectifs fixés pour ce secteur visent à atteindre un taux de croissance annuel de 6%.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com