Eviter la contagion





Après Slim Ben Achour, c’est au tour de Hatem Trabelsi et Radhi Jaïdi de décider de ne plus porter le maillot national. Pourtant, si on revient aux déclarations de ces trois joueurs il n’y a pas longtemps, ils ont plus d’une fois affirmé que défendre les couleurs de Tunisie est un devoir sacré. Qu’est-ce qui les a fait subitement changer d’avis? Ne ressentent-ils plus l’importance d’accomplir ce devoir national? Il est vrai que les remous qui ont secoué le groupe avant et durant le Mondial 2006 y sont pour quelque chose, mais ce n’est absolument pas une raison pour laisser tomber une équipe qui a révélé ces joueurs et contribué à leur trouver une place dans le football professionnel européen. Face à cette attitude, Roger Lemerre a laissé entendre qu’il n’accepte pas de compter sur des joueurs qui ne veulent plus rejoindre son équipe et qu’il ne fera rien pour les forcer à changer d’avis. Reste la tutelle et la FTF qui ne peuvent rester les bras croisés face à une épidémie qui a touché trois éléments et qui risque de contaminer d’autres. Les joueurs internationaux ont, certes, une marge de liberté, mais ils doivent se comporter en hommes responsables, patriotes et reconnaissants. A présent, seul Nabil Maâloul a commencé à bouger pour faire revenir les «déserteurs», mais on attend une réaction de la part du sélectionneur, du président de la FTF et pourquoi pas du ministère de tutelle pour faire comprendre à ces trois joueurs que l’appartenance à l’EN n’a rien à voir avec un jeu d’enfants ou un désir éphémère au gré des envies passagères. Il y va de la stabilité de cette Sélection qui mérite, à notre avis plus de respect et de sens de responsabilité même si aucun joueur ne doit penser qu’il est indispensable.

Kamel ZA?EM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com