E.O.G.K. : Des soucis pour Gharbi et Majboura





Le staff médical de l’EOGK aura du pain sur la planche durant la pause marquée par le championnat de L1en raison du match Tunisie - Soudan.

Hatem Gharbi a fini le match de Gafsa, dimanche dernier avec une cheville enflée. Même chose pour Skander Majboura qui a pris un coup à la cheville. Si l’on ajoute la recrue de l’été dernier, le meneur de jeu Gateau, qui retrouve progressivement la plénitude de ses moyens, cela fait trois éléments fort utiles que le staff technique espère remettre très vite sur pied durant cette trêve.

Retour à la Marsa
Un match délicat attend les Goulettois-Kramistes dès la reprise devant un Club Africain mis dans l’obligation de se racheter. Bonne nouvelle pour les Aiglons : ils vont retrouver leur stade fétiche de la Marsa où ils tinrent le plus souvent la dragée haute aux plus coriaces formations de la Ligue 1. El Menzah et le Zouiten ne leur portèrent pas chance cette saison hormis un succès (1-0) dans le derby de la première journée face à l’Avenir de la Marsa : «Le retour au stade Chtioui représente un atout non négligeable et, là-bas, on a vraiment nos chances dans le match contre le CA, le 15 octobre», souligne le coach banlieusard Lotfi Jebara.

Mhadhebi, l’exemple
Chaque fois, c’est un nouveau joueur qui crève l’écran au sein du onze goulettois-kramiste. Une fois, c’est le gardien Rami Jridi, une autre fois c’est Hamouda Maameri, une troisième fois, c’est le Brésilien Cardoso ou tout simplement le métronome Pape George ou encore l’inspirateur de la ligue offensive Nabil Hamed.
Dimanche dernier à Gafsa, Mhadhebi a excellé dans le couloir gauche de l’EOGK, assurant un rôle de polyvalent, de percussion offensive mais aussi de couverture relevant du coup Karim Ajmi avec beaucoup de succès, l’apport de ce dernier étant limité par le fait qu’il n’avait pas réellement un adversaire direct, Gafsa renonçant pratiquement à passer par ce flanc-là.

Prise de risques offensifs
Jbara tente à chaque fois un coup de poker offensif chaque fois où son équipe est menée au score : il remplace un défenseur (une fois c’était Noomane Hmida, dimanche dernier c’était Karim Ajmi) par un attaquant ou un milieu offensif (Mhadhebi). D’ailleurs, la pression des «Aiglons» s’accentua sur la défense d’El Gaoufel avec les deux demis de couloir Hamraoui à droite et Mhadhebi à gauche, incorporé en cours de match.

Seul, un stade...
Les copains de Nabil Hamed n’ont pas trop à se plaindre cette saison avec des primes et des salaires qu’ils reçoivent à temps. On a même pu constater dans les catégories de jeunes un meilleur effort d’équipement et de motivation grâce à une plus grande sollicitude et de meilleurs moyens financiers. Le seul problème qui continue de freiner l’élan de l’EOGK demeure l’absence d’un stade qui lui est propre, celui de Salambo étant indigne d’un club de Ligue 1. Entre l’annexe d’El Menzah, la Marsa et, accessoirement, le central d’El Menzah et le Zouiten, les «Verts» perdent un peu de leur identité et leurs supporters n’ont plus le courage de les suivre de très près.

S.R.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com