La Maison-Blanche justifie le mot “parenthèse”





Le Quotidien-Agences
La Maison-Blanche s'est livrée à une explication de texte. Elle a jusitifé la description par le président George W. Bush des dix derniers mois de violences en Irak comme une "parenthèse" au regard de l'Histoire.
Les détracteurs de Bush et de sa politique irakienne ont trouvé une raison supplémentaire de l'attaquer dans sa représentation, renouvelée, de cette période comme une "parenthèse".
"Il n'est pas en train de parler de la guerre comme d'une parenthèse", a expliqué le porte-parole de la Maison Blanche Tony Snow à la presse.
"Le mot parenthèse fait référence à la période entre les élections (générales de décembre) de l'année dernière et aujourd'hui. Ce que le président veut dire, c'est que, si vous voyez les choses du point de vue des livres d'histoire, cette période de dix mois est une parenthèse", a-t-il dit.
Snow a jugé "scandaleux" que certains exploitent ces propos pour essayer de faire croire que Bush envisage "avec désinvolture" les morts en Irak.
Bush est "profondément conscient du coût humain de la guerre", a-t-il insisté.
Des dizaines d'Irakiens sont tués chaque jour depuis février et l'explosion des violences confessionnelles. Plus de 2700 soldats américains sont morts depuis l'attaque de mars 2003.
La difficulté de la situation risque de peser lourd aux élections parlementaires du 7 novembre. Bush s'emploie à défendre sa politique en invoquant l'Histoire et en inscrivant le conflit irakien dans "le combat idéologique décisif du 21e siècle" contre le terrorisme et pour la propagation de la démocratie au Proche-Orient.
Depuis les élections de décembre, "cela doit vous paraître une éternité", a-t-il dit mardi lors d'une réunion publique à Stockton (Californie, ouest) "cela me paraît une éternité à moi aussi d'une certaine manière. Mais quand on écrira ce chapitre de l'histoire, cela sera une parenthèse".




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com