Les jeunes, les études et Ramadan : Doucement le matin, slowly la nuit





Tout le rythme change durant le mois de Ramadan. Les jeunes élèves sont contraints de garder toute leur concentration même s’ils n’ont fermé l’œil que pour quelques petites heures de la nuit et même s’ils ont un creux. Les uns préfèrent réviser le soir, après un dîner bien copieux, les autres le font avant la rupture du jeûne parce qu’ils consacrent le soir à d’autres activités… Et entre les uns et les autres, il y a ceux qui mettent les études et la révision entre parenthèses jusqu’après Ramadan… Comment les jeunes emploient-ils justement leur temps ? Comment arrivent-ils à concilier entre leurs études et l’ambiance ramadanesque ?

Tunis-Le Quotidien
Difficile d’être en pleine forme le matin lorsqu’on veille jusqu’à une heure tardive le soir. Il est aussi difficile d’être concentré lorsqu’on meurt de faim et qu’on n’a pas pu déguster un bon café de bon matin. Ramadan rime avec veillées, farnienté et absentéisme, pour bon nombre de jeunes gens. Le matin, après l’école, ils déambulent par ci et par là juste pour voir le temps passer. Le soir, après le dîner, la majorité des jeunes prend illico la direction du café. Quant aux filles, nombre d’entre elles ne sortent pas et restent cloîtrées devant la télé. Chacun selon ses propres envies et ses propres tendances, choisit le programme qui lui convient le mieux pour ses soirées ramadanesques et passe tant bien que mal ses journées de jeûne. Mais il paraît que les études ne figurent pas sur la liste prioritaire des jeunes gens durant le mois de Ramadan. Le matin, ils bayent, ont les yeux mi-clos et la tête démarre avec beaucoup de peine. A l’école, certains ne semblent pas être très enthousiastes. Ils sont somnolents et inertes. D’autres en revanche, s’efforcent à être tout ouïe et font des efforts pour comprendre les explications des professeurs. Pour eux, il est difficile de réviser pendant le mois de Ramadan, et s’ils se concentrent en classe, c’est déjà un grand acquis.
Ahlem, 19 ans, candidate au bac a aussi du mal à concilier entre l’envie interminable de dormir et entre ses devoirs. « C’est fou ce que je peux avoir envie de dormir pendant le mois de Ramadan ! Le matin, je me réveille très tôt, juste avant la prière d’ El Fajr, je prends mon s’hour, je lis quelques versets du coran jusqu’à l’appel à la prière d’El Sobh, je fais la prière et je me mets à réviser, mais le temps que j’ai en ce moment là ne me permet pas d’avoir une bonne longueur d’avance. Heureusement que j’arrive à bien assimiler les cours à l’école, parce qu’une fois de retour, je ne pense qu’à une seule chose : dormir. Je me réveille une heure avant la rupture du jeûne, j’aide ma mère à préparer le dîner. Après avoir dîné, je lave la vaisselle et c’est encore une fois l’envie de dormir qui m’envahit. Je dors pratiquement, tous les soirs vers 21h. Le rythme de Ramadan ne me permet pas d’étudier comme il se doit et j’ai peur que cela ne se répercute sur mon rendement aux examens d’autant plus que cette année, je passe le bac… », dit-elle
Adnene, 19 ans, élève en 6ème année, arrive à peine à trouver le temps pour réviser. Son problème, n’est pas le sommeil. Le jeune homme a du mal à s’abstenir de profiter des soirées ramadanesques. « Ramadan a un goût spécial, on peut aller tous les jours au café, en temps normal, cela n’a rien d’exceptionnel, mais durant le mois saint, il existe une atmosphère très sympathique. Si je suis de retour assez tôt, je me mets à réviser jusqu’à minuit environ, ensuite je dors. Par contre si je rentres du café plutôt tard, je m’endors directement. Le matin, je n’ai aucun mal à me concentrer en classe surtout pour les premières heures et c’est très important de bien comprendre les cours, la révision sera beaucoup plus facile ensuite. Cela dit, je n’arrive pas à préparer mes devoirs ou à réviser avant de dîner. Après les cours, je déambule, je reste devant le lycée pour parler avec les copains et passer le temps qui a tendance à marcher à très petits pas », dit-il
Esmateddine Ben Moussa, 17 ans, élève, ne révise pas ses cours avant de dîner. C’est surtout le soir qu’il s’y met sérieusement. « Il est vrai que ce n’est pas donné de garder le même rythme de travail durant Ramadan, les horaires changent et on doit s’adapter à une nouvelle cadence. En tout cas, moi je vis le soir…Dès que je rentre de l’école, je dors jusqu’à la rupture du jeûne. Après le dîner, je sors, je me rends dans une cafétéria ou je me ballade un peu jusqu’à environ 22h, lorsque je rentre, j’étudie », dit-il
Farouk Chebli, 18 ans, adopte la même méthode. Après l’école, il rentre pour dormir et après le dîner, il partage la soirée entre loisirs et révision « Je reconnais que durant le mois de Ramadan, les études ne figurent plus parmi mes priorités. Ramadan est une occasion pour veiller, pour se pencher plus sur la religion, pour rester avec la famille…Je jette un coup d’œil sur mes cours lorsque je suis de retour du café le soir, mais la part du lion est consacrée aux sorties et aux cafés avec les amis. Durant la journée, je fais en sorte à ce que je me concentre en classe ensuite je rentre pour dormir », dit-il
Mohamed Amine Daghbouji, 18 ans, consacre au moins une heure pour réviser tous les soirs. « Peu importe le programme du jour ou combien de temps cela va durer, lorsque je suis de retour chez moi le soir, il faut absolument que je révise une petite heure avant de dormir. Généralement après l’école je rentre pour dormir et pour récupérer les heures de sommeil que je perds le soir à cause des parties de jeu de cartes qui peuvent durer jusqu’à une heure tardive le soir après le dîner », dit-il.

Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com