Basket S.N. : L’éclat d’un leader serein





Cinq sur cinq. Le bilan de début de saison du S.N a mis en appétit les Potiers qui espèrent que l’avènement de Faouzi Madhi coïncide avec de nouveaux titres, après celui de champion de Tunisie enlevé de haute lutte en mai dernier sous les ordres de Néjib Ben Zayed.

Souvent, le club cap-bonais ne laissa au tableau d’affichage aucune chance à ses adversaires, l’emportant par des scores larges (plus de 50 points d’écart, samedi dernier face au SSKasserine, quelques jours après la balade effectuée à Bizerte). Même lorsqu'ils furent poussés dans leurs derniers retranchements, les «Vert et Orange», comme ce fut le cas face à une JSK accrocheuse surent trouver suffisamment d'énergie et de fraîcheur pour terminer la rencontre quasiment en roue libre.
En début de saison, le coach Madhi prévenait que «l’année allait être mise sous le signe du travail et de la recherche constante du progrès». Il faut croire que ces ingrédients-là sont privilégiés et les résultas ne se font d’ailleurs pas attendre: «Au bout de près de 25 ans d’exercice du métier d’entraîneur au plus haut niveau, rappelle Madhi, j’essaie de faire valoir toute l’importance du travail sérieux et soutenu dans la préparation.Maintenant avec l’expérience accumulée, on saisit beaucoup mieux les fils secrets du mode de fonctionnement d’un sportif et d’une équipe. J’essaie, par exemple, de développer sur un plan tactique le jeu intérieur et je crois que nous y avons réussi en grande partie», souligne celui que l’on considéra longtemps moins performant dans le coaching le jour des rencontres mais qui confondit ses détracteurs et administra une belle leçon en la matière lors du difficile choc face à la JSK.

Le rêve arabe
Les très sensibles et récurrents problèmes de salaires et de primes ayant été résolus, avec par conséquent le retour des réfractaires de début de saison Maâlaoui, Rezig et Ben Abdallah, le club orange encadré par le président de section, M. Mounir Mbarek ne manque pas d’arguments pour conserver son titre de champion et pourquoi pas, apprivoiser cette fois-ci la Coupe de Tunisie. Mais le grand objectif auquel pense déjà le staff technique nabeulien consiste en l’exaltante aventure arabe prévue au printemps 2007 aux Emirats. Une compétition qui n’est pas sans rappeler l’intense moment de bonheur et de fortes sensations vécu en mars 1997 à l’occasion du triomphe du SN dans l’édition nabeulienne de la Coupe arabe, Faouzi Madhi était déjà là. «J’aime relever les défis. Les challenges me motivent énormément et, tout comme mes joueurs, je suis porté sur les titres qui représentent finalement la raison de vivre du Stade Nabeulien, condamné à tenir son rôle en haut de l’affiche» confie Madhi qui espère tenir ses promesses «en faisant développer un peu mieux la personnalité des joueurs et en les aidant à lutter pour s’épanouir dans un cadre que je peux déterminer et non selon les conditions que l’on voudrait m’imposer».
D’ailleurs, les plus jeunes lui donnent raison en ce sens où ils excellent: les Mouine, Trabelsi, El Abed... ont en effet réussi une étonnante intégration.

S.R.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com