Brown réticent à la guerre en Irak





Le Quotidien-Agences
Le secrétaire au Trésor, Gordon Brown, considéré comme le probable successeur du Premier ministre Tony Blair, n'a soutenu publiquement l'invasion de l'Irak que quelques jours avant le début de la guerre en mars 2003, de peur de perdre son poste, affirme un ancien ministre britannique dans la presse hier. Brown dément.
L'ex-secrétaire à l'Intérieur, David Blunkett, aveugle, déclare dans des extraits de son journal intime sonore, retranscrits dans "The Guardian" et "The Daily Mail" que Gordon Brown a participé à des discussions de cabinet tendues et n'a donné son accord que cinq jours avant le vote du 18 mars 2003 par lequel la chambre des communes (Parlement) autorisait le gouvernement Blair à engager l'armée dans la coalition conduite par les Etats-Unis.
Selon Blunkett, Gordon Brown s'est rendu compte qu'il risquait d'"être débarqué une fois l'action militaire achevée".
David Blunkett, considéré comme un très proche de Blair, déclare notamment dans ses enregistrements qu'il pense maintenant que le gouvernement Blair a sous-estimé l'opposition de ses concitoyens à la guerre en Irak, malgré une manifestation qui avait rassemblé environ un million de personnes à Londres en février 2003.
"Je ne crois pas qu'à ce moment-là nous ayons complètement apprécié à quel point la division serait durable et profonde", dit-il, ajoutant que plusieurs ministres de premier plan avaient mis en garde contre le manque de préparation pour l'après-guerre. Tony Blair aurait "soulevé ces question personnellement avec (le président américain) George Bush sans jamais obtenir de réponse satisfaisante".




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com