Tunis Un braquage révèle l’existence de plusieurs cercles de jeux





Bligou, Rebbi, Bezga et Noufi ... tout y est ... et en sus d’importantes sommes d’argent qui circulent entre les tables dans ce café situé en plein centre-ville de la capitale. Le jeu continue jusqu’à une heure tardive et puisqu’on est en plein Ramadan, il n’y a pas de mal à poursuivre la soirée autour d’une table plus chic et surtout plus “rentable” du côté de l’un de ces nouveaux quartiers huppés de Tunis ...

Tunis - Le Quotidien
Depuis l’existence des jeux de cartes, l’argent est venu s’y mêler leur donnant un goût particulier et mettant de l’excitation entre les joueurs qui n’hésitent pas à parier d’énormes sommes d’argent au point d’aller tout droit vers la faillite.
Et si chez nous, les paris et les mises d’argent ainsi que l'organisation de jeu ayant pour but le gain d’argent son interdits par la loi et banni par la religion, paradoxalement, c’est au cours du mois de Ramadan que les cercles de jeux se multiplient.
Bien évidemment, cette activité se tient loin des regards des autorités. Néanmoins et comme le dit si bien l’adage “Les loups sont toujours plus nombreux et plus voraces que les rabatteurs”, toutes les précautions ont été prises pour éviter d’éveiller les soupçons des auxiliaires de la justice.
Comme toute activité sociale, le jeu diffère selon les classes et les catégories sociales. Dans un milieu populaire, Bligou, Noufi, Bezga et Rebbi raflent la mise. En revanche, chez les riches et autres aisés, on joue beaucoup plus le pocker et le bridge. Ici et là, toutefois, c’est l’argent qui coule à flot du grand bonheur des organisateurs de ces cercles qui sont les seuls à ramasser réellement un véritable pactole.
Il va sans dire que cette activité illégale n’est pas à l’abri des débordements. Bagarres et règlements de compte font partie de ces soirées ramadanesques très tendues - c’est qu’il ne faut surtout pas imaginer que quelqu’un qui perd deux cents ou trois cents dinars voire plus va pouvoir rentrer chez lui joyeux et serein.
En témoigne cette affaire qui s’est produite récemment et ayant permis aux autorités de faire la découverte d’un véritable Casino.
Non loin, en effet, de la rue Zarkoun, un homme d’une quarantaine d’années a été attaqué par quatre individus.
La victime s’en est sortie avec plusieurs blessures. On lui a également soutiré une importante somme d’argent.
Bizarrement, cet homme ne s’est pas rendu au poste de police pour porter plainte. Pis encore, il a préféré s’adresser à une infirmrie privée pour subir les soins nécessaires. Seulement, l’aggravation de son état de santé a poussé l’infirmier à alerter les auxiliaires de la justice.
Une enquête fut, tout bonnement, ouverte. Il s’est avéré, alors, que la victime venait de quitter une maison située en pleine Medina de Tunis où se tenait tous les soirs un cercle de jeu. Ce soir-là la chance avait souri à cet homme qui a remporté une importante somme d’argent. Et lorsqu’il a décidé de se retirer, l’alerte a été donnée. Quatre malfrats se sont chargés de bien l’accueillir au bout d’une ruelle.
Un braquage qui s’est soldé par un vol. Du classique dira-t-on dans ce genre de milieu puisque ces pratiques sont monnaie courante.
Les autorités ont mené, toutefois, une descente dans ce quartier. Plusieurs suspects ont été arrêtés et d’importantes sommes d’argent ont été également saisies.

H.M.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com