Handball «L’Equipe» : Tej, cœur de lion





“L’Equipe” vient de consacrer dans son édition du samedi 7 octobre un article sur Issam Tej, le pivot de Montpellier. Un article où le quotidien sportif français met en exergue les qualités de l’international tunisien.

Là-bas, sur le parquet d’El Menzah, à Sfax, Nabeul ou Sousse, à Radès, bien sûr, les échos de sa réputation résonnent inlassablement. Issam le rebelle, Issam l’excessif. Issam le dur. Il a été privé du Mondial 2001 par Sayed Ayari pour cause d’accrochage avec Riadh Sanaâ, le gardien légendaire du Club Africain. Il est parfois même vilipendé par ses supporters. «Parce qu’il se donne à fond, qu’il a horreur de perdre, il reflète effectivement cette image de joueur entier, parfois à la limite, raconte son camarade de sélection, le Nîmois Heykel M’Gannem. Mais il se maîtrise de mieux en mieux aujourd’hui, sans doute parce qu’il parvient à maturité».
Pour le plus grand bonheur de Montpellier, où il vient de poser ses valises après trois saisons épanouissantes à Sélestat. Soucieux d’augmenter sa densité physique dans la perspective des joutes européennes, Montpellier a en effet misé sur Issam Tej, massif pivot de vingt-sept ans, indomptable et parfois même révolté. «Ça, c’est parce qu’il n’aime pas l’injustice», souligne encore M’Gannem. «Mais, lorsqu’il est en confiance, il est le plus gentil garçon du monde. Sensible, souriant, serviable».
Désormais, Issam Tej n’a plus qu’une idée en tête: «Donner le meilleur de moi-même sans transgresser les règles. Avec le temps, j’ai compris que mon comportement pénalisait mon équipe. Je suis devenu professionnel assez tard et j’ai un peu tardé à comprendre que le droit à l’erreur n’existait pas dans ce monde-là».

«J’aime l’ambition de Montpellier»
Un monde dans lequel les qualités et son engagement font invraisemblablement mouche. Puissant, véloce, plutôt habile, il se régale autant des séquences défensives que des duels avec le gardien. «J’ai toujours été sollicité pour la défense. Avec le jeu rapide d’aujourd’hui, je peux m’exprimer comme j’aime, je peux courir, participer à tous les secteurs du jeu» , raconte-t-il.
Comme du temps de l’Espérance, le temps de la concurrence avec… Heykel M’Gannem sur le poste de demi-centre. Avant que Mohamed Ali Sghir, l’entraîneur national des juniors, ne le convainque de glisser sur le poste de pivot, Issam Tej officiait en tant que meneur de jeu. «Je n’étais pas forcément favorable au changement. Mais il m’a convaincu, il m’a dit qu’il y avait vraiment une place à prendre si je travaillais beaucoup».
Sghir avait senti le coup. Issam Tej est maintenant l’un des meilleurs spécialistes dans la place.
L’affrontement avec les meilleurs, les explications les yeux dans les yeux, le combat… Issam Tej court après tout ça. Son enthousiasme n’est évidemment pas étranger à la confiance qui semble habiter Montpellier depuis quelques semaines. Il n’est pas encore le boute-en-train qu’il était à Sélestat où les déplacements en bus, dit-on, manquent de fantaisie depuis son départ. Mais il a néanmoins trouvé sa place, parfaitement épaulé par David Juricek, son alter ego, lui aussi irréprochable depuis l’entame.
Un Issam Tej apprivoisé donc, mais toujours fougueux, exalté.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com