L1 (6ème J.) : Panne sèche pour le C.A., coup d’arrêt pour El Gawafel





Avec seulement cinq matches sur sept au menu, la sixième journée a été, tout de même, très intéressante à suivre. Le championnat a un nouveau leader, l’USM, alors que le CA et El Gawafel ont cédé du terrain.

En attendant la mise à jour du calendrier et le choc attendu demain entre l’EST et l’ESS, seul leader avant cette journée, c’est l’USM qui prend les commandes à titre provisoire. Les Monastiriens en sont à leur seconde victoire en déplacement et ils viennent confirmer leur statut de force montante de ce championnat. Kaïs Yaâcoubi, le coach monastirien, est déjà sur les traces de Faouzi Benzarti en attendant de nouvelles confirmations face aux favoris de l’épreuve.
Derrière, le Club Africain a, encore une fois, montré des limites offensives inquiétantes. Contre le CSHL, on a pensé à un accident de parcours, mais cette fois-ci, face à l’EOGK, les Clubistes peuvent jubiler d’avoir réussi à glaner un point alors qu’ils étaient dominés (Eh oui...) par une équipe banlieusarde appliquée, courageuse et très motivée. Pour Bertrand Marchand, l’alibi de la jeunesse de son effectif ne suffit plus pour justifier les résultats en dents de scie de ces dernières journées.
A Monastir, on a assisté à la chute d’un autre concurrent sérieux aux premières places. El Gawafel, imbattable durant cinq journées, a enfin mordu la poussière devant l’E.S.Hammam-Sousse.
Certes, le penalty raté par Lachkham a été décisif, mais ceci n’enlève rien au mérite des Sahéliens qui viennent de signer leur seconde victoire, une performance que le CSS et l’EST, deux grosses cylindrées, rêvent actuellement d’égaler !

Des enseignements intéressants
Le ST fidèle à ses habitudes, alterne le bon et le moins bon. Les Stadistes viennent de remporter leur troisième victoire en six matches, une belle performance, même si la manière n’y est toujours pas. Avec un tel bilan, on ne peut être très exigeant envers cette équipe stadiste qui fait taire ses détracteurs grâce à son efficacité offensive et son haut taux de réussite en attaque. L’A.S.Marsa, encore une fois vaincue, ne peut plus cacher de nombreuses carences malgré le talent de certains de ses joueurs.
Ce qui s’est passé, enfin, à Hammam-Lif, est venu confirmer certaines impressions. Le club local ne brille que par son inconstance avec des joueurs qui font des miracles aujourd’hui pour tomber très bas le lendemain. Par contre, l’Olympique de Béja ne cesse de monter et il aurait pu rentrer avec plus d’un point n’eut été ce malheureux penalty raté en seconde mi-temps. La sortie des Cigognes a été encourageante alors que les Hammam-lifois, grisés par leur victoire devant le CA, on raté leur match.

Kamel ZAÏEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com