La vie aux yeux des jeunes : Un combat de tous les jours





Certains voient la vie en rose. Optimistes et persévérants, ils prennent goût à la vie et ne se lassent pas de tenir tête aux obstacles. D’autres ayant des conditions plus difficiles et une nature moins insouciante, considèrent la vie comme un combat et une lutte continus. Et entre les uns et les autres il y a ceux qui sont fatalistes. Ils prennent la vie telle qu’elle est et pensent que personne ne peut rien contre sa destinée.
Comment est ce que les jeunes voient justement la vie?

Tunis — Le Quotidien
L’ensemble des événements , heureux et malheureux que nous vivons, forment la trame de notre existence et caractérisent les conditions de notre vie humaine. La vie donne des cadeaux à certains. Elle les dote de moult avantages, lorsqu’ils veulent entretenir quelque chose, ils ne croisent pas de difficultés spécifiques ; c’est comme si l’environnement dans lequel ils évoluent n’est là que pour les servir. D’autres en revanche trouvent du mal à mener normalement leur vie. Les conditions matérielles, morales, sociales ou environnementales semblent compliquées. Même leur vie quotidienne ressemble à une chaîne d’obstacles et ils sont tout le temps contrecarrés et contrariés. Etant jeunes, ils sont justement censés croquer la vie à pleines dents, déborder de vitalité et les obstacles ne peuvent pas représenter pour eux des freins . Ils sont encore jeunes et ils ont toute la vie devant eux. Ils sont aussi censés vivre de manière insouciante et agréable d’autant plus que leurs responsabilités de jeunes sont minimes. Les uns pensent que l’âge de la jeunesse est celui où ils peuvent mener la belle vie. Les autres, pensent au contraire, que la jeunesse est une chance pour lutter, combattre et construire pour un lendemain serein et à l’abri. Et entre les uns et les autres, nombre de jeunes trouvent qu’il faut combattre et construire tout en profitant de chaque instant de vie.
Mokhtar, 20 ans étudiant, pense que la vie est un combat continuel. Toutefois, le jeune homme trouve que cela fait justement le charme de la vie. «La vie ne peut pas être totalement positive et nul ne peut prétendre vivre sans soucis. Chacun a ses petits problèmes. Les objectifs que tout un chacun essaye d’atteindre nécessitent du labeur, des concessions et des efforts. Si tout s’avère être à la portée, plus rien n’aura un goût. Il faut qu’on se fatigue, qu’on travaille pour se sentir vivant. Certes, l’on aspire tous à une meilleure vie mais il ne faut pas trop demander à la vie et puis il faut avoir la certitude que la perfection n’existe pas et il ne faut pas être trop gourmand. Si nous avons le sens de la frugalité, nous saurons profiter de chaque instant que nous vivons», dit-il
Rochdi, 20 ans étudiant, a une nature optimiste. Le jeune homme sait que nul ne peut avoir exactement ce dont il rêve, mais il peut être le maître de son propre sort. «Je suis croyant et je pense que chacun d’entre nous doit accepter certains faits contre lesquels il ne peut vraiment rien. Cependant, cela ne doit pas faire de nous des êtres passifs, trop fatalistes et partisans du moindre effort. Il faut qu’on lutte et il ne faut pas qu’on baisse les bras parce que tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Et même si tout ne va pas tout à fait comme on le souhaite, on doit essayer de faire avec et de tirer le maximum de leçons de ce que nous rencontrons comme problèmes dans la vie parce que c’est le seul moyen de construire la personnalité et de savoir mieux gérer les choses dans l’avenir. Donc, même si certaines choses sont déjà prédestinées, il faut continuer à lutter», dit-il
Walid, 19 ans étudiant, trouve que la vie n’est qu’un énorme endroit de combat. «Tout ce que nous faisons au quotidien, c’est d’essayer de survivre aux problèmes de tous les jours. On lutte contre les mauvaises personnes, contre le mauvais sort et on bataille pour se faire une place ou pour arriver à concrétiser un rêve ou une finalité. C’est ainsi la vie et on n’y peut rien. Cela dit, celui qui cravache dur ne sera que gagnant, c’est à mon sens le premier principe qu’on doit apprendre à respecter, justement pour vivre. Déjà, nul ne peut garantir qu’il va réaliser toutes ses fins en travaillant, que dire alors de ceux qui restent les bras croisés en attendant un miracle !», dit-il
Darine, 25 ans, pense que la vie est une sorte d’arène où seuls les plus forts arriveront à gagner. «Si je vais définir le mot en un seul mot, je dirais que c’est un combat. «Tout ce que nous devons faire pour vivre, c’est de ne jamais perdre espoir, de toujours lutter et de croire qu’après la pluie, il y aura le beau temps. Certes, parfois l’être humain a l’impression d’être débordé de problèmes et que tout va de travers, il passe donc par une période de pessimisme et de mollesse et c’est tout à fait normal. Mais il ne faut jamais perdre espoir et il faut se relever et batailler. Parce que la vie est ainsi faite et elle ne peut pas nous donner tout et sourire tout le temps», dit-elle
Bilel, 25 ans, a l’impression que la vie ne lui fait pas de cadeaux. Jusque-là, il n’a pas été servi par la nature. Il a donc cessé de batailler. «Lorsque tout va de travers, il ne faut pas s’entêter. Je suis du genre fataliste et je crois que la vie peut se montrer très généreuse avec les uns et très cupide avec les autres. C’est ce qui fait l’équilibre de l’univers. Quand ça ne va pas comme je l’espère, je ne tiens jamais tête, je sais que c’est un signe du destin ! Je laisse donc aller les choses normalement, en attendant de meilleurs jours. La vie pour ne peut pas à mon avis être toujours de notre côté et il est inutile de s’entêter…», dit-il.
Hayfa, 18 ans, pense que pour vivre, il faut être prêt à batailler «Je suis convaincue que la vie ne fait pas de cadeaux et que nous récoltons tout ce que nous semons. Il m’arrive de ne rien avoir que je ne souhaite

Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com