SNCFT : 50 ans, des difficultés et des ambitions





La SNCFT fêtera le 27 décembre prochain un demi-siècle d’activité. Pour célébrer cet événement, un programme de festivités riche et varié, concocté par la compagnie ferroviaire nationale vient de démarrer samedi dernier et se poursuivra jusqu’au 27 décembre 2006.

Tunis-Le Quotidien
M.Abdelaziz Chaâbane, Directeur Général de la SNCFT, a tenu à cet effet, lundi soir, un point de presse pour présenter les grandes lignes du programme des festivités. La rencontre a été aussi une occasion pour le patron de la SNCFT de jeter la lumière sur les projets futurs du développement des chemins de fer mais aussi sur les innombrables problèmes qui handicapent la bonne marche de la société
A l’ouverture de cette conférence, le directeur général de la compagnie a donné un aperçu historique au cours duquel il a dépoussiéré des moments marquant dans la vie des chemins de fer tunisiens depuis l’époque du protectorat jusqu’à la nationalisation du rail. C’était le 27 décembre 1956 lorsque la Compagnie Fermière Tunisienne (CFT) est devenue la Société Tunisienne des Chemins de Fer Tunisiens (S.N.C.F.T).
Le 27 décembre 2006, soit un demi siècle depuis cette date, est donc une occasion pour célébrer un anniversaire, évaluer ce qui a été réalisé et jeter les ponts du développement et de la modernisation.
M. Chaâbani croit dans ce sens que le futur sera meilleur pour les chemins de fer en Tunisie. «Le talon d’Achille de la SNCFT c’est le matériel roulant voyageur», a-t-il confié. Et de mentionner que «pour remédier à ce handicap, un grand programme d’acquisition de nouveaux équipements modernes est déjà mis en place.» Celui-ci
s’inscrit dans le cadre d’une stratégie globale de restructuration du réseau ferroviaire.
Nouveaux équipements
Cette stratégie repose sur l’acquisition d’un matériel roulant d’un coût global devant dépasser les 200 millions de dinars. Une partie de ce budget, soit environ cent milliards de millimes, sera débloquée pour acquérir 10 locomotives et une vingtaine de voitures pour passagers qui entreront en service à la fin 2007. La seconde partie du budget financera, quant à elle, l’achat de quinze locomotives et 250 wagons de marchandises qui devraient être exploités dans le domaine du transport de phosphate. Ce lot qui coûtera environ 110 millions de dinars sera mis sur les rails à partir de l’année 2009.
Le projet phare demeure celui de l’électrification de la ligne de la banlieue sud reliant Tunis au niveau de la gare principale, à Borj Cédria. Les travaux sur ce chantier vont bon train selon le premier responsable de la SNCFT. Le chantier a démarré depuis quelques mois déjà au niveau d’une de ses principales composantes, celle qui concerne le réajustement de l’altitude du pont de Carthage sous lequel passent tous les trains sortant de la gare de Tunis. « Etant donné que les travaux sur ce site se font sans l’interruption du trafic terrestre et ferroviaire, les contraintes sécuritaires ont imposé un certain retard», devait expliquer le conférencier.

Miracles...
Cette rencontre avec les représentants des médias nationaux a permis en fait au patron des chemins de fer de parler des embûches qui entravent l’activité ferroviaire sur tout le réseau. Il s’agit notamment de l’état vétuste du matériel roulant.
M. Chaâbane a indiqué à ce propos que la moyenne d’âge du parc roulant pourrait dépasser les 35 ans. «Nous exploitons des locomotives âgées de plus de 42 ans. Le fait qu’on arrive à les faire circuler relève parfois du miracle», affirme-t-il. Une donne qui donne du fil à retordre aux maintenanciers de la société. «Nous sommes souvent obligés de faire appel à l’ingéniosité pour dépanner le matériel étant donné que nous roulons avec un matériel dont les pièces de rechange ne sont plus fabriquées dans le monde», ajoute-t-il.
Toujours au chapitre des problèmes des chemins de fer, le conférencier a parlé du vandalisme en indiquant que la SNCFT est agressée en permanence. «Le coût direct des actes de vandalisme dépasse les 200 millions de dinars par an», souligne-t-il.
Par ailleurs et parallèlement à cette rencontre avec les médias, les festivités de la SNCFT se poursuivront jusqu’au 27 décembre prochain. Des spectacles de danse et de chants folkloriques tels que El Hadhra outre l’animation des marionnettes vont alors sillonner les différentes villes desservies par les trains de la SNCFT.
Un autre volet du programme sera consacré aux séminaires et conférences scientifiques. Un premier rendez-vous aura lieu le 12 décembre. Il s’agit d’une Conférence sur les chemins de fer et les nouvelles technologies. Le 14 décembre un forum aura lieu et portera sur le thème «Chemin de fer et développement durable». Le mercredi 20 décembre il y aura à l’ordre du jour une autre conférence d’histoire sur le chemin de fer en Tunisie. Les festivités doivent prendre fin le 27 décembre prochain…

Hassen GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com