Journée de l’Ingénieur Tunisien : Sous le signe de la création d’entreprises…





La création d’entreprises et l’adéquation entre la formation de l’ingénieur et les besoins de l’économie nationale constituent désormais les principaux sentiers à battre pour l’Ordre des Ingénieurs Tunisiens. C’est ce qu’a annoncé M. Ghlem Debbache, président de l’Ordre, lors d’une conférence de presse tenue hier à Tunis.

Tunis-Le Quotidien
Afin de souligner son attachement à contribuer à l’effort national en matière de création d’entreprises, condition sine qua non pour la promotion de l’emploi, l’Ordre des Ingénieurs Tunisiens (OIT) organise le samedi 28 octobre, à l’occasion de la célébration de la Journée de l’Ingénieur Tunisien, une conférence sur le thème: «L’ingénieur et la création d’entreprises».
Cette manifestation sera une occasion pour débattre des différents mécanismes de création des entreprises, des opportunités d’investissement qui s’offrent dans les secteurs de l’agriculture et des industries agro-alimentaires, de l’apport de la Banque des PME en matière de financement des projets et des perspectives de l’expérience de l’essaimage. «La conférence sera marquée par la participation de hauts responsables et d’ingénieurs de renom afin de braquer pleins feux sur toutes les opportunités de création des entreprises offertes aux 2500 ingénieurs qui quittent les bancs de l'université chaque année», explique M. Ghlem Debbache, président de l’Ordre. Dans ce même chapitre, une cérémonie sera organisée le 29 octobre pour rendre hommage aux nouveaux diplômés et les sensibiliser quant aux opportunités qu’offrent les centres d’affaires. Il sera procédé, d’autre part, à l’organisation d’une cérémonie pour rendre hommage à des ingénieurs de renom qui ont contribué à la création de l’Ordre et du développement de la profession.

Réduire le chômage des ingénieurs agronomes

Sur un autre plan, M. Debbache a fait savoir que l’intérêt de l’OIT se porte désormais sur l’adéquation entre la formation de l’ingénieur et les besoins de l’économie nationale.
Chaque année, 2500 ingénieurs arrivent sur le marché de l’emploi. La durée du chômage de ces nouveaux diplômés varie entre six mois et deux ans selon les spécialités. Ce sont les ingénieurs agronomes qui constituent 40% du total des diplômés qui sont les plus touchés par le chômage. «L’ordre coordonne ses efforts avec le ministère de l’Emploi et de l’insertion professionnelle des jeunes et le ministère de l’Agriculture pour octroyer des terres agricoles à des groupes d’ingénieurs agronomes», indique M. Debbache.
Par ailleurs, la promotion de l’ingénieur des travaux (2000 environ) au grade d’ingénieur principal passe désormais par deux années et demi de formation à l’Ecole Nationale des Ingénieurs de Tunis.

Walid KHEFIFI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com