Violations israéliennes du ciel libanais : La France menace de recourir à la force





Le général français Alain Pellegrini, commandant de la FINUL, a affirmé que les survols israéliens du territoire libanais étaient une violation de la résolution onusienne et a estimé que l'emploi de la force pourrait être envisagé dans l'avenir si les tractations diplomatiques ne parvenaient pas à empêcher ces incursions. Ces déclarations ont été dénoncées par Israël.

Le Quotidien-Agences
Le général Pellegrini a expliqué au siège des Nations unies que la France avait déployé des missiles sol-air dans le sud du Liban, mais que, pour le moment, ces missiles ne pouvaient être utilisés qu'en cas de légitime défense pour protéger les soldats français servant dans la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL).
Selon lui, de nouvelles règles d'engagement sont nécessaires afin d'autoriser le recours à la force pour empêcher les survols de l'aviation israélienne.
Le général Pellegrini a affiché son désaccord avec Israël, qui prétend que ces survols n'enfreignent pas la résolution 1701 de l'ONU. "Il s'agit de violations parce que vous avez un avion étranger qui franchit d'abord la Ligne bleue (frontière entre les deux pays définie par l'ONU, NDLR) et qui pénètre l'espace aérien libanais", a-t-il affirmé.
En vertu de la résolution 1701, a-t-il précisé, les soldats de l'ONU ont pour "tâche officielle de surveiller la Ligne bleue, et un avion étranger qui franchit la Ligne bleue est une violation".
Selon le militaire français, les survols israéliens sont la "principale préoccupation" de la FINUL, même si leur nombre a diminué récemment. "A l'heure actuelle, nous n'avons pas d'autres moyens d'empêcher ce genre de violations que le dialogue et les voies diplomatiques", a-t-il expliqué. "Si les moyens diplomatiques n'étaient pas suffisants, il faudrait peut-être envisager d'autres voies, on ne sait jamais".
Interrogé pour savoir si ces "autres voies" pourraient comprendre l'usage de la force, Alain Pellegrini a répondu: "c'est possible. C'est possible". "Je pense que cela pourrait être envisagé, cela dépendra des nouvelles règles d'engagement proposées et décidées ici", a-t-il ajouté.
A part ces survols, le général français n'a signalé aucune violation terrestre du cessez-le-feu. "A l'heure actuelle, nous n'avons détecté ou repéré aucune personne portant des armes illégales" dans la zone où est déployée la FINUL, entre le fleuve Litani et la frontière.
Alain Pellegrini a indiqué que la FINUL comptait actuellement 7.200 hommes, dont 1.500 engagés dans la force maritime commandée par l'Allemagne et chargée d'empêcher le trafic d'armes par les mers.
Le Conseil de sécurité a autorisé le déploiement de 15.000 soldats dans le cadre de la FINUL, mais le général Pellegrini a estimé qu'avec plus de 10.000 soldats libanais actuellement déployés dans le sud du pays, un tel contingent n'était pas nécessaire.
"Pour nous, à l'heure actuelle, il n'est pas nécessaire d'atteindre 15.000 hommes pour la FINUL et nous nous arrêterons avant, peut-être aux alentours de 10.000", a-t-il déclaré. "Nous verrons en fonction de la situation et des besoins".
Pour sa part, Israël a déploré les propos du général Pellegrini.
«Apparemment, il est plus simple d'adresser constamment d'autres exigences à Israël, et nous le déplorons», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Al Qods, Mark Regev.
«Il y a trois semaines, nos forces se sont retirées du Liban, et nous avons ainsi appliqué la partie la plus importante de nos obligations relevant de la résolution 1701 des Nations Unies», a-t-il ajouté.
«Mais toute personne objective doit reconnaître que c'est loin d'être le cas en ce qui concerne les obligations de la partie libanaise», a encore dit Regev.


Berri répond à Olmert : «Israël est notre ennemi»

Beyrouth-Agences
Le mouvement chiîte Amal a affirmé hier qu'Israël était "l'ennemi du Liban", en réponse à des propos du Premier ministre israélien Ehud Olmert jugeant "intéressantes" des déclarations du chef du Parlement libanais Nabih Berri.
"Dans le but de semer la division dans les rangs libanais, Olmert tente de dénaturer les positions claires du mouvement Amal et de son chef Nabih Berri qui ne cesse de dénoncer les crimes d'Israël", indique un communiqué diffusé vendredi par le mouvement.
Selon Amal, "Olmert doit cesser de se faire des illusions, car il n'existe pas de compétition possible entre Amal et le Hezbollah, qui sont dans le même camp".
"Comme par le passé, Amal n'aura pas à l'avenir une politique secrète et continuera (...) de considérer Israël comme un ennemi de la nation et un mal absolu", conclut le texte du mouvement chiîte.
Olmert avait réagi favorablement jeudi à une déclaration de Berri évoquant l'initiative de paix saoudienne adoptée en mars 2002 par les pays arabes réunis à Beyrouth.
"Je serais heureux de rencontrer tout acteur clef du gouvernement libanais.
A chaque fois qu'un dirigeant arabe parle de paix, il faut lui répondre positivement. Dans ce cas précis, c'est extrêmement intéressant", avait déclaré Olmert aux journalistes à Moscou avant son retour en Israël.
Cette initiative préconise la paix et des relations normales avec Israël en échange d'un retrait des Territoires arabes occupés depuis juin 1967, conformément à la résolution 242 du Conseil de sécurité de l'Onu, et d'un règlement "agréé" du problème des réfugiés palestiniens.

Un siècle après la chute de l’empire Ottoman : Des soldats turcs au Liban

Le Quotidien-Agences
L'arrivée hier de troupes turques dans le cadre d'une mission de paix au sein de la Finul au Liban, 88 ans après un départ précipité et humiliant de son sol du dernier soldat ottoman, constitue un tournant dans les relations entre Ankara et le monde arabe.
Un contingent turc de 261 hommes, venu par air et par mer, doit rejoindre les quelque 7.000 soldats de la Force intérimaire des Nations unies au Liban sud (Finul), chargée de maintenir la paix à la frontière israélo-libanaise.
La Turquie est le premier Etat musulman à envoyer des troupes participer à la Finul renforcée, déployée au Liban sud, dont la mission est de consolider la trêve entre Israël et le Hezbollah chiîte libanais après une guerre au Liban (12 juillet-14 août).
Mais surtout, c'est la première fois que des troupes turques foulent un sol arabe depuis la défaite de l'empire ottoman en 1918, à l'issue de la première guerre mondiale.
Le retrait turc a suivi quatre siècles de domination du monde arabe divisé en provinces, celle du Liban ayant été particulièrement troublée et marquée par des révoltes contre la Sublime porte (surnom du gouvernement ottoman) et des massacres.
Le ressentiment contre la Turquie reste très vif au pays du Cèdre, où vit la plus importante communauté arménienne du Proche-Orient. Les responsables de cette communauté considèrent le déploiement de troupes turques au Liban sud, "d'insulte à la mémoire collective du peuple arménien".

Annan appelle à la mutation du Hezbollah en parti politique

New York-Agences
La mutation du Hezbollah en parti politique est la clé d'une paix durable au Liban et de la souveraineté de ce pays, affirme le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, dans un rapport publié jeudi.
"La transformation du Hezbollah en un parti exclusivement politique (...) est un élément clé pour que soient assurées la fin permanente des hostilités et la restauration complète de la souveraineté du Liban, de son intégrité territoriale et de son indépendance politique", écrit-il dans ce rapport au Conseil de sécurité.
Le document est le 4e rapport semestriel de Annan sur la mise en œuvre de la résolution 1559 du Conseil. Celle-ci, adoptée en septembre 2004, exigeait le départ du Liban des troupes et services de sécurité syriens après 29 ans de présence, ce qui a été appliqué, constate Annan.
Mais elle exige également le démantèlement et le désarmement de toutes les milices libanaises ou étrangères opérant au Liban et l'exercice par le gouvernement libanais de sa pleine souveraineté sur la totalité du territoire du pays, "ce qui n'est pas encore totalement le cas", déplore le secrétaire général.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com