Du rififi chez les médecins libéraux : Les spécialistes persistent et signent…





Dix mois après sa création, le Syndicat Tunisien des Médecins Spécialistes Libéraux ne désespère pas de figurer sur la liste des interlocuteurs de la Caisse Nationale d’Assurance-Maladie.

Tunis-Le Quotidien
De nombreux signes qui ne trompent pas laissent à croire que le conflit d’intérêt entre les généralistes et les spécialistes a atteint le point du non-retour. A preuve : le Syndicat Tunisien des Médecins Spécialistes Libéraux (STMSL) continue à mettre en place ses instances dirigeantes.
Après avoir procédé à l’élection des membres de sa commission administrative et de son Bureau exécutif, ce syndicat sorti des entrailles du Syndicat Tunisien des Médecins Libéraux (STML) le 13 janvier 2006 sur fond de divergences entre généralistes et spécialistes sur les grandes lignes de la réforme de l’assurance-maladie vient de répartir les tâches au sein de son bureau comme suit :
— Dr Ali Jebira : secrétaire général
— Dr Faouzi Charfi : secrétaire général-adjoint chargé des spécialités chirurgicales
— Dr Slim Khammassi : secrétaire général chargé des spécialités médicales
— Dr Mohamed Hédi Attia : trésorier
— Dr Sami Khalfallah : membre chargé des Affaires sociales et culturelles
— Dr Mondher Ben Ameur : membre chargé de la formation médicale continue
—Dr Chérif Bakhti : membre chargé de la discipline
— Dr Elyès Ben Smida, Dr Tarek Seraïeb et Dr Habib Ben Hajel : membres chargés des négociations.
Volet réforme de l’assurance-maladie, le STMSL a adressé récemment au ministère des Affaires sociales, de la Solidarité et des tunisiens à l’étranger, au ministère de la Santé publique et à la Direction centrale de la Caisse Nationale d’Assurance-Maladie (CNAM) des courriers dans lesquels il s’attache à son droit de parler au nom des médecins spécialistes dans les négociations sur la réforme tout en tirant la sonnette d’alarme sur les risques de baisse du niveau de la médecine en Tunisie.
Le syndicat précise, en effet, que le passage par le généraliste avant toute consultation spécialisée dans le cadre du nouveau régime d’assurance-maladie aura un effet inflationniste sur le coût des soins médicaux. Il indique aussi que le niveau de la médecine ne pourra que baisser par souci d’économie.
Réagissant à l’effervescence dont son rival fait preuve, le Syndicat Tunisien des Médecins Libéraux a publié récemment un communiqué dans lequel il appelle les spécialistes à «rejoindre ses rangs pour une meilleure cohésion du corps médical en cette étape cruciale de négociations avec la CNAM».

W.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com