Marchés de Ramadan – Le Bilan : Abondance de l’offre… et des infractions !





À analyser les indicateurs communiqués hier par le Ministère du Commerce et de l’Artisanat, on peut déduire que Ramadan 2006 avait deux faces. Un côté jardin dans lequel les mécanismes engagés pour maintenir un équilibre au niveau de l’offre dans les marchés de denrées alimentaires, ont fonctionné à merveille. Et un côté cour où les infractions économiques ont fait tache d’huile.

Tunis - Le Quotidien
Au cours d’une rencontre avec les journalistes organisée hier matin au siège de la Direction Générale de la Concurrence et des Enquêtes Economiques, M. Ali Gharbi directeur du Contrôle Economique a passé en revue les principaux indicateurs détaillant la tendance de l’approvisionnement et l’évolution générale des prix des principaux produits alimentaires prisés durant Ramadan.
Le compte rendu présenté à cet effet est venu réaffirmer que les dispositifs mis en œuvre à l’occasion de Ramadan par le ministère de tutelle pour assurer l’abondance de l’offre et la stabilité des prix ont prouvé leur efficacité tout au long du mois.
«Quelque 101 mille tonnes de fruits et de légumes ont approvisionné les circuits de distribution de toutes les régions du pays pendant tout le mois du jeûne. Cette quantité additionnée aux quelque 1140 tonnes de poissons ayant transité au cours de la même période par Bir El Kassâa, était suffisante pour calmer la frénésie des consommateurs qui atteint son apothéose au cours de la première semaine du jeûne», souligne M. Gharbi.
Cette donne a permis d’enregistrer un fléchissement des prix de plusieurs denrées. On a enregistré par exemple une baisse de 30% au niveau du prix des piments verts, 25% pour celui les petits pois et des dattes.

Les infractions, encore et toujours... !
Cette tendance positive du marché a toutefois un revers : le nombre des infractions enregistrées durant ces quatre dernières semaines. Les 88510 visites effectuées par les brigades du contrôle relevant du ministère du commerce se sont soldées par une dizaine de milliers de Procès Verbaux (P.V) dressés à l’encontre des commerçants contrevenants opérant dans tous les secteurs sans exception. Les fruits et les légumes détiennent, comme à l’accoutumée, la palme au palmarès des infractions avec plus de 3229 violations de réglementations régissant l’activité commerciale.
Grâce au numéro vert mis en service par le Ministère du Commerce et de l’Artisanat pour recueillir les plaintes des consommateurs, la direction du contrôle économique a fait le suivi de près de 400 requêtes émanant des différents gouvernorats du pays. La majorité de ces réclamations porte sur la hausse illicite des prix. 331 PV ont été formulés à cet effet.

Pétards !
Depuis que l’Aïd El Fitr a commencé à se faire sentir, le travail des contrôleurs économiques s’est élargi pour cibler le commerce des jouets qui foisonnent dans les circuits de distribution anarchiques. L’action a touché essentiellement les jouets dangereux. 210 mille articles ont été ainsi saisis. On y trouve entre autres 193602 pétards. Les brigades du contrôle économique appuyées par les services compétents relevant des ministères de l’Intérieur et de la Santé Publique ont effectué en fait plus de 1000 descentes dans les différents espaces dans lesquels on vend illicitement ce genre de produits.
Rappelons à cet effet qu’une loi est entrée en vigueur depuis 1998, interdisant l’importation et la commercialisation de tous types de jouets à risque. Mais cela n’a jamais été suffisant pour faire disparaître ces jouets dangereux du marché.
La situation changera-t-elle bientôt ? Peut-être. Car à croire nos sources auprès du ministère du Commerce et de l’Artisanat, de nouveaux dispositifs de lutte contre l’importation de ces produits sont actuellement étudiées au niveau des structures impliquées. Désormais on s’attaquera à la source du mal.

Hassen GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com