J.S.K. : Démission coupable et expédients condamnables





Ce qui se passe actuellement à la JSK n’est qu’un énième épisode d’un long et triste feuilleton qui dure depuis des années. En effet, devant la “démission” des hommes “forts” de la région, leur indifférence et leur désintéressement (ils ont d’autres chats à fouetter, dont notamment l’alimentation des caisses des autres clubs!), la guerre des clans, où tous les règlements de comptes sont permis, a atteint des proportions alarmantes, ces derniers temps. Du coup, le navire aghlabide lâché par les uns, malmené par les autres, est à présent sérieusement menacé.
Aussi, la lenteur et la légèreté des démarches visant la réhabilitation du club, ne conduisent qu’à un repêchage tardif. D’où la nécessité d’une intervention énergique et rapide de la part des responsables kairouanais pour remettre de l’ordre en la demeure et s’opposer à cette campagne houleuse orchestrée contre la sympathique équipe aghlabide et qui n’a pas épargné l’entraîneur, Mahmoud Bacha. Voilà un technicien, un éducateur confiant et un homme dont les qualités morales ne souffrent d’aucune contestation devenu aujourd’hui indésirable par certains, alors que tous ceux qui suivent de près l’évolution de la JSK depuis le début de la saison, sont unanimes à reconnaître que le problème de l’équipe n’est pas d’ordre technique ou sportif. Le mal, il faut le chercher ailleurs pour espérer trouver le remède adéquat. Le recours -probable- au changement d’entraîneur ne pourrait en aucun cas constituer la solution la mieux indiquée. La mission ne s’annonce pas de tout repos pour l’éventuel successeur de Bacha. Mourad Okbi, Fethi Ben Ghanem ou encore Youssef Seriati, n’ont pas de baguette magique pour que la route de la réussite soit définitivement tracée.
Sur un autre plan, la prestation quelconque et le comportement “douteux” de certains joueurs sur le rectangle du jeu lors du match face au SG dimanche dernier ont irrité les responsables kairouanais qui ont décidé d’écarter A. Sellami et M.H Hamrouni qui s’entraînent, désormais avec les “Espoirs”.
Quant à Helmi Hmam, ce garçon qui incarne le talent et la générosité et qui s’est imposé depuis l’exercice écoulé grâce au concours de Khemaïes Laâbidi, a été l’ombre de lui-même en ce début de saison. Ce jeune doit comprendre qu’un grand joueur doit progresser chaque jour et qui, dans l’état actuel des choses, seule la JSK peut maintenir son enthousiasme et son imagination en éveil, et que sans le succès, le football devient difficile à vivre.

Hichem NSIR




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com