Un ouvrage consacré à Mohamed Ali Hammi : Une page de notre histoire exhumée





Mohamed Ali Hammi, le leader du mouvement syndicaliste tunisien est parmi les figures de proue ayant fait l’histoire de la libération nationale. Ahmed Khaled s’y est penché avec le regard d’un politicien chevronné et d’un visionnaire des choses de la culture. Le livre en ressort foisonnant de rigueur et de subtilité.

Mohamed Ali Hammi n’est pas de ceux au sujet desquels on a fait couler beaucoup d’encre. Pourtant le personnage a émergé du lot par son esprit avant-gardiste. Il était le compagnon de route de Tahar Haddad ayant partagé avec lui les mêmes sentiments nationalistes. C’était du temps du nationalisme ardent et des héros de l’indépendance qui se sont investis sans réserve pour que le pays recouvre son indépendance : «Mohamed Ali Hammi, le leader du mouvement syndicaliste tunisien» est le titre de l’ouvrage de Ahmed Khaled paru chez les éditions «Zakharef». Une odeur d’encre fraîche se dégage de ce livre d’histoire qui vient d’être tiré dans sa première édition en mai 2006. Le livre qui rapporte au détail près la vie et la pensée du leader Mohamed Ali Hammi, jette un regard exhaustif sur une page de notre histoire. Celle qui fait la fierté de tout un chacun. Comme tous les livres d’histoire, l’ouvrage de Ahmed Khaled renoue avec la situation politique économique et sociale du pays, du vécu de Hammi.
Pendant ce temps, la pensée islamiste «le panislamisme» et celle nationaliste arabe «le panarabisme» prévalaient.
Plusieurs mouvements politiques naissaient, d’autres périclitaient. L’essentiel, ici, est que le bouillonnement intellectuel et politique de la Tunisie, était le seul garant de son indépendance. Cela a fait naître des héros ayant été nourris de valeurs et ayant grandi avec le rêve d’une «Tunisie martyr» œuvrant pour son indépendance.
Mohamed Ali Hammi dans tout cela a été évoqué par l’auteur comme l’exemple d’un jeune de l’époque fougueux, s’attachant fermement à ses idées et convictions.
Notre leader a étudié durement en Allemagne pour se spécialiser en politique économique. En rentrant au pays en mars 1924, il créa un mouvement syndicaliste, le premier au Maghreb arabe. Pour Mohamed Ali Hammi l’équilibre économique est basé sur la coopération entre riches et pauvres.
Ahmed Khaled nous fait découvrir, par ailleurs, une autre facette de Mohamed Ali Hammi, celle du jeune féru de musique, comme son ami Tahar Haddad, en fait... La culture tunisienne à cette époque-là se recherchait entre tradition et modernité. C’est du moins ce que Ahmed Khaled a tenté de montrer entre les lignes de son écrit.

Mona Ben GAMRA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com