Irak : Lancement du plan de sécurité à Bagdad sans réel succès





Des troupes irako-américaines continuaient à se déployer à Bagdad où elles ont ratissé deux secteurs, dans le cadre du plan de sécurité sans pour autant avoir des résultats tangibles. Trois GI's, un soldat britannique et autant de soldats irakiens ont été, en effet, tués rien que pour la journée d'hier.


Le Quotidien-Agences
Selon une source au ministère de la Défense irakien "les forces de la police ont ratissé plusieurs quartiers de Doura" (sud), un secteur à majorité sunnite situé sur la rive ouest du fleuve Tigre, en ajoutant que des fouilles avaient été également menées dans le quartier chiîte de Kazimiyah (nord-ouest).
Le lieutenant-colonel américain Scott Bleichwehl, de l'armée de terre, a aussi fait état d'opérations à Kazimiyah. "Il y a toute une «mosaïque» d'activités (dans ces deux secteurs, ndlr) de multiples missions", a-t-il déclaré.
"Nous continuons à déployer des troupes dans la ville", a pour sa part déclaré un porte-parole de l'armée américaine, Christopher Garver.
Ces opérations surviennent alors que l'armée américaine avait mené mardi une vaste opération de ratissage dans le nord-est de la ville, présentée par les Américains comme le début de la mise en application du plan de sécurité destiné à pacifier Bagdad où environ 17.000 personnes ont péri dans des violences confessionnelles en 2006, selon l'ONU.
Le conseil présidentiel irakien a souligné "la nécessité de soutenir" ce plan. Il faut d'obtenir "une participation véritable à ce plan de toutes les composantes du peuple irakien qui adhèrent au processus politique", a-t-il dit dans un communiqué hier.
Un responsable de l'ambassade américaine a pour sa part appelé à la patience, alors que la population est épuisée par les enlèvements, exécutions sommaires et attentats quotidiens.
"Il faudra des mois avant que nous assistions aux résultats concrets" de ce plan, qui prévoit le déploiement d'environ 85.000 hommes dans la ville, a prévenu le porte-parole de l'ambassade Lou Fintor lors d'une conférence de presse: "Je pense qu'il est très important de prévenir la population que cela prendra du temps".
Avant lui, le général David Petraeus, qui doit prendre le commandement des forces américaines samedi, avait déjà affirmé, en janvier devant le Sénat, qu'il faudrait sans doute attendre la fin de l'été pour mesurer la réussite de la nouvelle stratégie américaine.

Trois GI's tués
Ceci étant la situation n'étant pas calme pour autant, ainsi trois soldats américains ont été tués dans la province d'Al-Anbar, foyer de la résistance sunnite dans l'ouest de l'Irak, a annoncé hier l'armée américaine.
"Ils ont été tués, alors qu'ils participaient à des opérations de combat", a précisé l'armée dans un communiqué.
La veille, quatre Marines américains avaient également été tués dans cette province.
Par ailleurs, un soldat britannique a été tué par l’explosion d’une bombe sur une route proche de Bassorah et trois autres ont été blessés, a annoncé hier le ministère britannique de la Défense.
A Bagdad, la situation était toutefois relativement calme hier, grâce au couvre-feu partiel interdisant la circulation automobile destiné à permettre la tenue sans incident de la prière hebdomadaire du vendredi. Ce couvre-feu est en place tous les vendredi de 11h00 (8h00 GMT) à 15h00 (12h00 GMT).
Ailleurs en Irak des sources policières ont fait état de la mort de plus d'une dizaine de personnes.
Onze villageois ont été enlevés puis exécutés dans la nuit de jeudi à vendredi dans la région de Mahawil (80 km au sud de Bagdad selon la police.
Plus au sud, à Amara un soldat irakien a été tué dans une embuscade et le corps d'un employé de cette municipalité a été retrouvé criblé de balles, selon les services de sécurité.
L'armée américaine a aussi annoncé avoir tué huit combattants jeudi soir dans des raids aériens visant des membres de la branche irakienne d'Al-Qaïda dans le secteur d'Arab Jabour (sud de Bagdad ).




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com