S.T. – E.S.S. (2-3) : Quand l’Etoile passe grâce à… Robertinho





Dans un sommet qui a tenu les spectateurs en haleine, l’Etoile a fini par s’imposer grâce à une seconde mi-temps époustouflante qui a vu le ST baisser pied et laisser l’initiative à un adversaire survolté.


Tout s’est joué dans les changements effectués par les deux entraîneurs. Benzarti a été le premier à agir lorsque son équipe s’est retrouvée menée au score, et Robertinho a répliqué pour gérer une situation qui paraissait, pourtant, favorable. Ce sont ces détails qui ont fait la différence et à ce niveau, c’est le coach sahélien, plus malin et moins brouillon, qui a eu le dernier mot.

Duel tactique inégal
Le 3-5-2 appliqué par les Stadistes leur a permis, en première mi-temps notamment, de s’imposer à l’entrejeu grâce, surtout, à l’engagement et à la hargne des joueurs qui étaient très motivés et qui ont réussi à prendre le meilleur sur une formation sahélienne fidèle à un 4-4-2 classique où Kaïs Ghodhbane, dont c’était la première apparition depuis son retour à l’ESS, a mis beaucoup de temps pour trouver ses repères. L’activité débordante de Denisio, Korbi et Akrout d’un côté, Chikhaoui, Nefkha et Chermiti de l’autre, ont donné des couleurs à un match qui s’est avéré plus équilibré que prévu. L’Etoile a cru faire le plus dur en ouvrant le score par Nefkha, ma la réaction stadiste a surpris par son envergure et son efficacité grâce au travail d’approche de Denisio et Touniche et surtout l’opportunisme de Akrout, autour de deux buts en quelques minutes. Benzarti avait même d’autres soucis en voyant Nefkha, son joueur le plus entreprenant, quitter le terrain sur blessure. Mené au score, le coach sahélien a eu le réflexe d’intégrer un autre attaquant, Gelson, qui allait réussir le but d’égalisation au début de la seconde mi-temps. Le changement tactique opéré par Benzarti a été payant, d’autant plus que Robertinho, étrangement passif à ce niveau, va tout faire pour faciliter la tâche de ses adversaires. La sortie de Mabrouk, blessé, n’a pas été bien compensée car Ben Zid, rentré à la place d’un milieu défensif, s’est positionné dans l’axe et un vide flagrant a été créé à l’entrejeu où les Etoilés ont pu bénéficier d’une liberté d’action inespérée, à l’image d’un Ghodhbane totalement démarqué depuis. Robertinho va encore faire des siennes en sortant Touniche et Akrout, deux véritables poisons pour la défense étoilée alors que d’autres changements s’imposaient, comme celui de Boulaâbi, inexistant sur le flanc droit de la défense où les attaquants adverses ont librement circulé.
A un certain moment, on a retrouvé le ST évoluer avec trois régisseurs et un seul attaquant. Et lorsque les nerfs ont cédé, l’équipe n’a plus trouvé la force nécessaire pour revenir. Touniche a été le premier à être surpris par ces changements : «La victoire était à notre portée mais nous n’avons pas su négocier la fin du match. Je ne veux pas revenir sur mon remplacement ou celui d’autres joueurs, mais j’estime que, tactiquement, l’adversaire a su s’imposer et profiter de nos points faibles». Dans le camp étoilé, la joie était énorme et Seïf Ghezal reconnaît lui-même que la victoire a été dure à réaliser: «En première mi-temps, nous avons bien débuté avant de baisser pavillon. L’équipe a connu un passage à vide qui aurait pu nous coûter la qualification. A la reprise, nous avons su remédier à cette baisse et notre réaction a été très forte. J’estime que nous avons mérité de l’emporter malgré le courage et la bonne volonté des Stadistes».
En somme, ce fut un beau duel où le sens tactique des entraîneurs a été déterminant.

Kamel ZAIEM


__________________


Leurs impressions


Robertinho
«Malgré le pressing des Etoilés, au cours des quinze minutes initiales, ponctué d’ailleurs par le premier but, nous avons su réagir et prendre l’initiative.
Le jeu s’est alors équilibré, d’autant que l’entrejeu a bien carburé, privant d’abord l’adversaire d’espace, avant d’appuyer les offensives menées notamment par Khalfaoui et Korbi, lesquels ont épaulé Akrout et Mendez qui ont pu ainsi peser sur l’arrière-garde adverse.
Je suis d’autant plus satisfait que mes joueurs ont bien réagi, bien que menés au score. Malheureusement, ils ont manqué de concentration et de lucidité en début de seconde mi-temps, ce qui explique les erreurs commises qui ont précipité la défaite.
En tout cas, nous avons eu droit à un vrai match de coupe qui s’est joué finalement sur de petits détails».

Faouzi Benzarti
«Un match difficile que nous avons su gérer malgré quelques difficultés. Il faut dire que notre préparation a été perturbée tout au long de la semaine passée, d’autant que les joueurs de base ont été retenus par les sélections «A» et olympique. Les blessures, successivement de Mohamed Ali Nafkha et Seïf Ghezal qui a tenu à terminer la rencontre bien qu’il soit à demi-inconscient, ont déstabilisé également le groupe qui a connu quelques moments de doute. Heureusement que les joueurs se sont bien repris par la suite, essentiellement sur le plan mental, d’autant que l’adversaire a fait un bon match tactique».

Mansour AMARA


__________________


Triste record pour Béjaoui


On aurait bien voulu dresser le portrait d’un joueur talentueux et pétri de qualités. Il l’est d’ailleurs, assurément, d’autant qu’il a su à chaque fois apporter un plus à la formation étoilée.
Malheureusement pour lui, dimanche dernier à l’occasion du huitième de finale opposant son équipe au ST, il a fait montre d’une fébrilité excessive qui lui a coûté très cher.
Entré en jeu dans les arrêts du jeu (90’+3’), il allait en effet récolter d’un carton jaune dans sa première tentative de contrer un adversaire. Quelques secondes plus tard, il était signalé hors-jeu par l’arbitre Slim Jedidi, mais il a eu le malheur de terminer l’action en tirant sur le montant. Un geste impulsif qui lui a coûté un second carton suspensif.
Triste record en somme pour un joueur qui n’a foulé la pelouse que pendant une seule minute...

M.A.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com