S.C.M. – C.S.H.L. 1 – 1 (TAB:4 – 5) : Les Hammam-lifois, dans la douleur





Après avoir réalisé l’exploit de parvenir à ce stade avancé en Coupe de Tunisie, chose jamais signalée au cours de ses 62 années d’existence, le SCM a manqué,d’un cheveu le passage au tour suivant.


Ayant bénéficié, les premiers, de l’avantage du score, les Mokninois n’ont pu préserver cet acquis alors qu’il ne restait qu’une minute 30 secondes du temps réglementaire. Lors des tirs aux buts, et après que leur gardien se soit opposé au tir d’Evans, Azzabi, l’un des meilleurs acteurs sur le terrain , a vu son tir, le 4ème passer nettement au-dessus de la cage de Mejri. Ce gâchis permit aux Hammam-lifois de se qualifier grâce à Naffati, alors que Ferjani a raté le sien. Pour les 120 mn du jeu que nous avons pu suivre de bout en bout, les débats ne furent point de tout repos pour les uns comme pour les autres. Face à des Mokninois au cœur vaillant, en dépit de certaines erreurs dues à une précipitation évidente, les Banlieusards étaient plus entreprenants et mieux organisés sur le terrain, sans pour autant se manifester au niveau de la concrétisation. Ni Ben Chouikha, ni Chettaoui, ni encore Gassouma et Naoua, n’ont pu trouver le chemin des filets, dans des occasions immanquables. Les poulains de Moncef Karchoud ne pouvaient qu’en profiter pour créer un danger permanent dans les zones de Mejri, grâce à leur playmaker Riadh Jaber, à partir des contres rapides. A 3 reprises, ce dernier faillit ouvrir le score, mais Cissé qui usa, parfois, de moyens peu orthodoxes pour le contrer, ne l’entendait pas de la même oreille. Azzabi se chargea donc de loger la balle dans la cage de Mejri, suite à une alerte de Ferjani (82’). La joie du public local ne dura que l’espace de 6 mn, avant que Gomis reprenant, de la tête un centre de Brinis, ne vienne égaliser, sur une erreur monumentale du flanc gauche de l’arrière-garde de Hamdi Badreddine (88’). La qualification aurait pu être de part et d’autre, assurée, sans ce manque d’inspiration aux approches des buts. Heureusement que cette stérélité n’a plus sa raison d’être lors des 6 tirs aux buts, de chaque côté, dont 9 ont été à bout portant par Chaouch, Dhifallah, Chayah et Karoui chez les locaux, puis Ben Chouikha, Brinis, Slama, Ben Miled et Naffati, pour les visiteurs. Ne passons pas sous silence cette organisation irréprochable et cette ambiance attrayante conçues et réalisées par les Mokninois.

M.NABLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com