Au centre, l’individu tunisien





Si l’on devait faire un schéma qui décrirait le plus fidèlement possible la philosophie de développement du Président Ben Ali, nous serions particulièrement tentés par un diagramme de cercles concentriques, comme ceux que créerait à la surface de l’eau l’impact d’un corps solide. Des cercles qui naîtraient au centre et qui se propageraient vers l’infini pour s’étendre à tout ce qui fait la vie des Tunisiens.
Le premier cercle serait cette stabilité socio-politique dont les bienfaits s’étendent à tout et rendent possibles nos efforts de développement. Le second pourrait être l’emploi dont les effets se répercutent sur la totalité de notre tissu humain. Et ainsi de suite comme l’investissement, l’exportation, le développement régional... qui dépassent leur nature propre pour influer sur une foule d’autres facteurs.
Bien sûr, ce schéma implique qu’à toute nouvelle décision du Chef de l’Etat se crée automatiquement un nouvel impact qui engendre de nouvelles ondes. Et c’est de cette manière que nous concevons les nombreuses décisions du Président Ben Ali dans trois domaines qui pourraient paraître foncièrement différents les uns des autres : l’éducation et la formation professionnelle, les deux quartiers populaires de Jayara et Sidi Hassine, la femme rurale. Pourtant, ces trois dossiers sont plus intimement liés que l’on pourrait imaginer car ils sont imbriqués les uns dans les autres par le dénominateur commun le plus important pour la Tunisie : l’individu tunisien.
Les décisions présidentielles en matière d’éducation et de formation professionnelle poursuivent le but ultime de donner les meilleurs leviers de l’excellence pour les jeunes tunisiens qui seront les piliers de la Tunisie de demain. Les décisions du Chef de l’Etat au bénéfice des quartiers populaires de Jayara et de Sidi Hassine ont pour ambition d’améliorer la qualité de la vie et du bien-être de leurs habitants. Les recommandations du Président Ben Ali en faveur de la femme rurale comptent donner le plus de perspectives possibles, sur tous les plans, à ces Tunisiennes qui sont vraiment la moitié de notre société et qui prouvent chaque jour que leur importance est fondamentale dans la construction de la personnalité d’une grande partie de nos chères têtes brunes.
L’individu tunisien est ainsi resté, pendant ces vingt dernières années, au centre de la philosophie de développement du Président Ben Ali et le but final de toutes les ondes nées de l’impact de toutes ses décisions.

Manoubi AKROUT

manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com