Lutte contre la contrefaçon : Plus 4 millions d’articles saisis en 2006





Les autorités spécialisées dans la lutte contre les pratiques commerciales illicites, essentiellement la contrefaçon, souhaitent remédier au phénomène à la source. L’année dernière, pas moins de 4 millions d’articles imités de divers genres ont été saisis. Pour 2007, l’étau va se resserrer autour du commerce parallèle.


Tunis-Le Quotidien
Le poids de la contrefaçon sur le marché local n’est plus négligeable. La quantité des produits contrefaits saisis par les services spécialisés en 2006 en donne une idée. D’après les statistiques officielles disponibles, les interventions des équipes spécialisées effectuées en 2006 dans les circuits des trafiquants de ce genre de produits ont permis de mettre la main sur plus de 4 millions d’articles imités : des produits cosmétiques (50 mille articles), de la quincaillerie (10 mille articles), des pièces de rechange automobiles (300 mille filtres à huile, 4000 pare-brises), des fournitures scolaires (deux millions de stylos), des robots ménagers, de la peinture pour bâtiment (15331 kg), des briquets (11730 unités). Ce qui attire vraiment l’attention c’est que le trafic des produits de la contrefaçon s’adapte très bien aux demandes spécifiques du marché.
L’exemple concerne les ampoules d’éclairage domestique dites économiques. Ces articles qui sont de plus en plus demandés par les consommateurs constituent un créneau juteux pour les trafiquants. Ils ont alors procédé à l’inondation des circuits du commerce parallèle par des millions d’unités. Les services du contrôle ont alors mis les bouchées doubles pour réussir un joli coup de filet en saisissant 2 millions d’ampoules imitant la marque d’un fabricant local et dont l’origine est inconnue.
En fait, lutter contre la contrefaçon est une action à double objectif. Social et économique. Il s’agit à la fois de déployer les ressources nécessaires en renforçant la sensibilisation de la population quant aux risques liés à la consommation des produits imités. Sur le plan économique l’intérêt de la lutte contre le commerce de la contrefaçon est de neutraliser les pratiques anticoncurrentielles pouvant menacer l’industrie tunisienne.

Coopération
Pour ce faire, les départements chargés du dossier ont mis en place un plan d’intervention qui comprend plusieurs axes. Le ministère du Commerce et de l’Artisanat œuvre dans cette perspective avec les autres parties intervenantes pour multiplier et diversifier les outils de travail des agents chargés d’exécuter les opérations de contrôle et d’inspection au niveau des circuits du commerce. Il faut souligner dans ce sens que la lutte contre la contrefaçon s’inscrit désormais parmi les actions prioritaires du ministère du Commerce.
La Tunisie, qui est appelée à mettre ses politiques commerciales au diapason des orientations de la zone de libre échange au niveau de la Méditerranée, coordonne dans ce sens avec les pays de l’Union Européenne. Le ministère du Commerce et de l’artisanat a en fait organisé plusieurs cycles de formation au cours desquels les agents intervenant dans la lutte contre les pratiques anticoncurrentielles (le piratage et la contrefaçon) ont été initiés aux différentes techniques et procédures employées en la matière à l’échelle de la Méditerranée.
Pour cette année 2007, une attention très particulière sera accordée par les services compétents à la lutte contre les commerces illicites. Les responsables du dossier l’on bien annoncé : la lutte contre le commerce parallèle, la contrefaçon et le piratage va monter d’un cran au cours de cette année. La guerre déclarée depuis plusieurs années à ce type de commerce n’a pas pour autant donné des résultats tangibles sur le terrain. Désormais on est convaincu que le travail doit donner ses fruits en s’attaquant au problème à la source. La coordination avec tous les partenaires intervenant aux différents niveaux de la chaîne sera donc plus importante.

Hassen GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com