E.S.S. – Al Ahly : Les Etoilés en conquérants





Supercoupe d’Afrique - Stade de Addis Abeba (12h00) - Arb : Paré (Burkina Faso) - Direct TV ART Sport


Ne dit-on pas que l’appétit vient en mangeant ? Après avoir remporté haut la main la Coupe de la CAF aux dépens des Marocains des FAR, l’ESS croisera le fer aujourd’hui avec Al Ahly pour le compte de la Supercoupe d’Afrique.



Ce titre qui est tout à fait honorifique aussi bien pour les uns que pour les autres, sera mis en jeu dans un stade dont les travées risquent d’être vides et où le charme du football ne sera connu que dans le rectangle vert. Ne fallait-il pas donc organiser ce sommet entre deux puissances du foot africain dans d’autres contrées beaucoup plus intéressées telles que la Libye, le Maroc ou l’Algérie ou encore dans l’un des deux pays des deux protagonistes ? Ce sont là les affaires de la CAF nous dirait-on même si la réponse ne pourrait convaincre personne. En Ethiopie donc et plus précisément à Addis Abeba, les Etoilés auront à prouver qu’ils savent se hisser à la hauteur de l’événement et tenter de prendre une revanche sur un adversaire qui les a matés dans un passé récent, aidé il est vrai, par des choix tactiques incompréhensibles d’un certain Bazdarevic. Le challenge est on ne peut plus passionnant et il appartient à Seïf Ghézal et compagnie d’honorer le jeu et le pays en sortant le match qu’il faut sans appréhension ni craintes pour dompter l’ogre cairote qui reste néanmoins accessible l’espace d’un match.
En plus, un autre argument est à mettre à l’actif du groupe étoilé : la jeunesse de ses éléments. La nouvelle vague étoilée paraît à la fois ambitieuse et performante. Elle aura à faire preuve de cet élan de jeunesse et de cette envie farouche de gagner comme ce fut le cas ces derniers temps. Le coup est donc jouable, ne cesse-t-on, de ressasser dans l’entourage de l’équipe et il appartient à tous de faire preuve de solidarité et d’application le match durant. Face à Al Ahly du Caire, Faouzi Benzarti qui affirme avoir décortiqué le jeu des Egyptiens et préparé son équipe en conséquence, ne disposera pas de toute l’équipe type qui a défait le ST dimanche dernier en Coupe de Tunisie. Le vieux routier Kaïs Ghodhbane n’est pas qualifié car son nom ne pouvait être porté sur la liste des joueurs transmise à la CAF. Une «petite» contrariété car le revenant Kaïs Ghodhbène, on le sait, est rompu aux rencontres de Coupe d’Afrique et son expérience aurait été un atout indiscutable au jeu de l’équipe et à son comportement sur le terrain. Le coach étoilé dispose cependant des autres cartes telles que celle de Moussa Narry, très utile dans la récupération du ballon et dans la relance. On sera également curieux d’apprécier la fougue et l’engagement de Amine Chermiti, ce gars de 19 ans qui commence déjà à faire parler de lui juste après le départ d’Emeka Opara. Comme quoi la relève est déjà assurée et le taux de réussite du néo-Etoilé est jusque-là légèrement supérieur à celui du Nigérian parti à Kaiserslautern.
On pourra aussi apprécier l’apport de l’autre jeune Aymen Soltani qui forme la paire d’attaque avec Chermiti. Et on comptera aussi sur l’expérience et le talent des cadres de l’équipe à l’image de Ghézal, S. Frej, Chikhaoui et Gelson Silva.

Formation probable
Mathlouthi, Frej, Meriah, Ben Mohamed, Ghézal, Nafkha, Narry, Gelson, Chikhaoui, Soltani, Chermiti.

Mounir EL GAÏED


________________


Un mythe à détruire


Et revoilà, Al Ahly, ce bourreau, cette bête noire de nos équipes qui se dresse devant les nôtres dans une compétition à gros enjeux pour un titre aussi bien envié que celui de la Ligue des Champions
ou de la CAF, la super Coupe d’Afrique opposant traditionnellement le vainqueur de la Ligue des Champions à celui de la Coupe de la CAF, cette finale de finale, cette «belle», en est déjà à sa 15ème édition pour cette année, l’apothéose met face à face Ahly du Caire à l’ESS.
Les deux lauréats de l’Afrique en 2006, deux anciens vainqueurs de cette supercoupe (Al Ahly à deux reprises en 2002, 2006 et l’ESS une fois en 1998) et surtout deux équipes qui se connaissent bien pour avoir eu à s’affronter en finale de la C1 en 2005 (large victoire d’Al Ahly 3-0 après un nul en déplacement 0-0). Ce même Al Ahly ne s’est pas arrêté là, puisque l’année d’après (novembre 2006) il s’illustra de nouveau contre les nôtres (CSS 1-1, 1-0) et devient un véritable os dur à avaler et casse-tête trop gênant pour nos clubs.
Cette supercoupe d’Afrique; nos clubs l’ont gagnée et perdue à deux reprises:
1993 victoire de l’EST contre Motema (RDC) 3-0
1998 victoire de l’ESS contre Raja Casablanca (2-2) (Pen 4-2)
1999 défaite de l’EST contre ASEC (CI) 1-3 AP
2004 défaite de l’ESS contre Enymba (Nigeria) 0-1
et les Egyptiens avec cinq victoires en quatorze finales restent les recordmen de cette spécialité.

A.D.


_______________________


Faouzi Benzarti : «Les moyens de nous imposer»


Que vous inspire cette Supercoupe d’Afrique ?
C’est un événement important dans le foot africain. Lorsque deux lauréats de la saison se rencontrent pour trancher une question de suprématie, ça ne peut être que passionnant.

Un mot sur la préparation de votre équipe ?
Notre préparation est continue du fait de la succession de matches. Néanmoins, nous avons privilégié ces derniers jours l’application tactique partant des particularités du jeu d’Al Ahly.

Qu’avez-vous concocté pour surprendre l’adversaire?
Nous avons suffisamment d’arguments pour remporter ce sacre. Il nous faudra cependant rester vigilants et concentrés le match durant. De même que l’esprit de gagne ne devra pas quitter le conscient et l’âme de nos joueurs pour réaliser l’objectif.

M.E.G.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com