C.A. – C.S.S. (2 – 1) : Détermination et solidarité, atouts clubistes





Sur le fil du rasoir ! C’est effectivement au moment où beaucoup parmi les fidèles supporters clubistes commençaient à perdre espoir et se résigner à lâcher deux nouveaux points, que Borhane Ghannem, rentré quelques minutes plus tôt, allait jaillir sur le flanc gauche, à la suite d’une remise de touche, et tirer en force dans un angle fermé contraignant Issam Merdassi à détourner le cuir dans les filets de Jaouachi.
Une «méga» réussite et une veine incroyable du jocker clubiste qui n’en est pas à son premier coup ! La formation de Bab Jedid était pourtant loin d’être parfaite en ce dimanche automno-printanier du 18 février. Mais elle a confirmé de façon indiscutable son hégémonie sur ses principaux concurrents.

Défense fébrile
Comme on le notait précédemment, tout n’a pas marché selon les souhaits et les espérances du staff technique clubiste, essentiellement pour la défense, mais également au front de l’attaque.
L’arrière-garde des «Rouge et Blanc» a fait montre en effet d’une fébrilité inquiétante qui aurait pu coûter très cher à Ali Boumnijel et consorts, submergés à plusieurs reprises. Avec Laaroussi Bargougui et Anis Amri, manquant terriblement de compétition, un Khaled Souissi moins brillant dans son nouveau poste axial que sur le flanc droit et un Walid Hichri, amoindri par l’inactivité qu’il a vécue récemment, l’équipe de Bertrand Marchand l’a vraiment échappé belle.
Certes, cette défense aura été fortement pénalisée par l’absence de Jean-Pierre Njanka et la sortie prématurée de Mohamed Ali Gharzoul, blessé à la demi-heure, mais ces défaillances ne peuvent, à elles seules, expliquer cette mauvaise prestation.
Quant à l’attaque, elle a été tout simplement brouillonne. Elle a du moins manqué de punch et de percussion, ne parvenant que rarement à prendre en défaut une arrière-garde pratiquement imbattable dans les duels, notamment aériens.
L’unique fois où Béchir Mechergui et les siens se sont laissé surprendre, c’est lorsque Foued Bouguerra a réussi un heading magistral qui lui a permis d’inaugurer la marque et mystifier Ahmed Jaouachi, curieusement planté sur sa ligne de but !

Milieu cahotant
L’entrejeu n’a pas été sans reproche non plus, d’autant que Lassaad Ouertani n’a pas réédité ses précédentes prestations, tandis que Wissem Yahia n’a pas connu sa réussite coutumière, alors que leur partenaire Oussama Sellami n’a pas été aussi rayonnant que lors des précédentes sorties.
Dans ces conditions, il n’était pas sorcier de croire, au fil des minutes qui s’écoulaient inexorablement, que les Clubistes allaient peiner pour amadouer leur adversaire.
Un adversaire qui s’est montré très dangereux, avec une circulation fluide du ballon et ces incessantes permutations qui ont donné le tournis au leader, le plus souvent débordé !
La pression et l’obligation de ramener un bon résultat de leur déplacement à Tunis auront été trop fortes à supporter pour les Sfaxiens chez lesquels on a pu apprécier le travail inlassable, sinon colossal, de Chadi Hammami et Haythem Mrabet, ainsi que le culot du jeune Houcine Jabeur, véritable révélation de ce choc et auteur d’un joli but, un but d’anthologie.
Pour résumer, disons que le mérite des Clubistes a été en tout cas d’y avoir cru jusqu’au bout et d’avoir fait preuve de détermination et de solidarité...

Formations

CA : Boumnijel, Bargougui, Gharzoul (Hichri 29’), Souissi, Amri, Ouertani, Yahia, Sellami, Poukong (Ghannem 85’), Bidhodhane, Bouguerra (Ameur 62’).

CSS : Jaouachi, Haj Messaoud, Mechergui, Merdassi, Aymen B. Amor, Nafti, Jabeur (Kings 80’), Mrabet, Hammami (Bargaoui 89’), Kouassi (Essafi 70’), Ziadi.

Mansour AMARA


________________________


Dans les vestiaires


Robertinho (Entr. S.T.)
«Ce fut un match très difficile, notre 3-5-2 a bien marché. Je suis en train de préparer une équipe d’avenir avec un effectif jeune.
Cependant je ne comprends pas la mentalité de certains supporters. Sans qu’ils connaissent le club et le travail accompli bien que j’ai reçu 3 propositions intéressantes, je reste fidèle au ST».

Mokhtar Tlili (Entr. C.A.B.)
«On a encaissé un but lors de la seule action du ST et contre le courant du jeu. On ne peut remplacer 4 joueurs titulaires. Le CAB s’est trouvé plusieurs fois en position de scorer mais la précipitation nous a joué un mauvais tour. Il nous reste 9 journées à gérer. Je suis optimiste».

Jacky Duguépéroux (Entr. E.S.T.)
«On est à chaque fois obligé de courir après le score. On le fait avec succès. Je suis satisfait de la prestation de mes joueurs. Toutefois je suis déçu par les cartons jaunes et le carton rouge et cette nervosité des joueurs qui me gâche la joie de la victoire».

Mohamed Kouki (Entr. O.B.)
«Ce fut un bon match. Mes joueurs ont perdu la concentration pendant quelques minutes cela nous a coûté 2 buts. Notre rendement s’améliore d’une rencontre à l’autre, nous allons travailler encore davantage pour remédier à certaines lacunes».




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com