Exposition Folie de couleurs en mouvement






La galerie Medina accueille actuellement une exposition inédite du peintre tunisien résidant en France, Amar Ben Belgacem. Les œuvres de cet artiste nous font voyager dans les couleurs et les formes en mouvement.


«Couleurs en folie» titre de cette exposition en dit long quant à la démarche de l’artiste. Des lignes et des courbes qui suggèrent le mouvement. Des couleurs de l’amour et de la joie. Tous ces éléments sont mis en exergue par Amar Ben Belgacem avec professionnalisme et une certaine nostalgie pour son pays natal. Les Orangers de Hammamet, le jaune du soleil, le vert des arbres témoignent de l’attachement de Amar à la Tunisie. Sa particularité est qu’il voit tout en mouvement. Pour lui, tout bouillonne et tout se conjugue avec les couleurs du terroir. Raison pour laquelle l’artiste n’a pas hésité à faire revivifier, à travers ses œuvres certains articles d’artisanat. Dans ces œuvres dites «authentiques» le peintre émet à chaque fois, une touche en argent et beaucoup de couleurs en or. Il a ainsi utilisé» la couleur argentée pour restituer les bijoux traditionnels, l’or pour immortaliser certaines parures traditionnelles. Outre cette façon de procéder purement nostalgique, Amar Ben Belgacem s’est évertué à restituer à travers ses œuvres certaines formes imprimées de la nature comme la grenade et d’autres espèces d’arbres fruitiers.
En effet et afin que tout soit fidèle au mouvement, l’artiste a donné une place de choix au cercle dans ses tableaux. Pour lui, le cercle est une forme parfaite qui donne une impression de mouvement. Il n’a pas non plus oublié, pour la première fois, d’utiliser la couleur noire après dix-sept ans de carrière d’artiste. «Mon inspiration pour utiliser cette couleur je l’ai eue dernièrement au Japon», nous lance avec enthousiasme l’artiste.
A travers sa vision d’une peinture en mouvement, l’artiste tunisien veut aussi créer d’autre part un style animé. «Je ne supporte pas l’immobilisme. Je conçois mes œuvres comme des fenêtres qu’on ouvre sur un monde que j’aimerai voir dépourvu de violence et où la paix, l’amour et l’amitié règnent en maîtres absolus», avoue avec sympathie l’artiste. L’objectif de l’artiste est de faire partager sa sensibilité avec les amateurs de l’art. Il s’agit, pour lui, d’une sensibilité poétique qui vise à toucher et aller jusque dans les profondeurs des choses. Peu de lignes droites, des formes en mouvement, une joute de couleurs. Cette démarche, pour l’artiste, tend vers l’excellence; une façon de décrire et de faire décrypter le monde à travers les œuvres. «Mes œuvres constituent pour moi un moyen de fêter un sentiment positif sur l’univers», explique l’artiste. Ainsi, à travers une trentaine de tableaux. Amar nous fait voyager dans plusieurs sensibilités et techniques où les sensations et les impressions sont traduites sur du papier avec des couleurs appropriées pour montrer au public le non-dit sur la nature. «Je peins ce que je ne peux pas voir sur la terre, bien que mes inspirations viennent de ce qui m’entoure», dit Amar. Mais grosso modo, les toiles de l’artiste restent sagement ordonnancées avec un caractère répétitif bien prononcé, selon une règle de continuité qui accentue la perception visuelle. Exclusivement concoctées pour cette exposition qui se poursuit jusqu’à fin février, les œuvres de Amar renvoient à des motifs qui se veulent, à la fois, réalistes et symboliques. Dans certaines œuvres comme «Lady des îles», il fut inspiré par une jeune femme originaire des îles Caraïbes. La figure centrale est une créature enchaînée aux quatre coins, symboliquement entourée par des motifs: poissons, vagues, flore aquatique, comme dans les œuvres de Chardin. La beauté des couleurs n’exclut pas totalement la ressemblance. Et c’est là toute la différence. La ressemblance est plutôt basée non pas sur le pouvoir des couleurs mais sur le rapport qu’elles entretiennent entre elles, ou sur leurs différences. Il s’agit, en fait, pour l’artiste, de révéler le mouvement de ces couleurs en folie.

Ousmane WAGUE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com