C.S.H.L. : A la recherche de l’équilibre





On attendait avec quelque curiosité la sortie des Hammam-lifois contre E.G.S.Gafsa, après sa série de résultats positifs depuis le début de la phase retour, d’autant plus que les locaux sont réputés intraitables chez eux. De plus, 3 points seulement séparaient les 2 équipes et toutes deux tenaient à signer un résultat utile.
Au terme des débats, c’est le CSHL qui a fait la meilleure affaire en arrachant le point du nul. Les Hammam-lifois auraient même pu prétendre à mieux, n'eut été le ratage de ses attaquants, nonobstant la domination des locaux.
A ce propos le coach banlieusard Ridha Akacha, très satisfait du match de ses poulains, n’en a pas moins fustigé le peu de réalisme de ses attaquants qui ont raté des occasions, dont certaines étaient immanquables. «Nous avons su négocier la rencontre avec intelligence, en tenant les Gafsiens en respect et en préservant notre cage inviolée», affirme-t-il, tout en ajoutant : «par contre notre attaque n’a pas joué au même diapason que la défense. Nous continuons à gâcher des occasions parfois très faciles. Cette indigence handicape le rendement général de l’équipe et nous allons axer le gros de notre travail les prochains jours sur ce compartiment, en multipliant les exercices dans la surface de réparation. Il s’agit de ne pas commettre les mêmes erreurs face au CA, car face à des équipes de ce calibre la moindre distraction se paie cash».
D’ailleurs, toute l’attention des joueurs et des supporters hammam-lifois est tournée vers le stade de Radès qui va réunir les 2 équipes.
Cette rencontre se joue sur un air de revanche, car le leader actuel du championnat n’a «mordu la poussière» qu’une seule fois jusque-là chez lui face au CSHL.
Les Clubistes qui caracolent en tête de classement veulent faire d’une pierre deux coups, prendre leur revanche et conforter leur leadership.
L’entraîneur hammam-lifois ne l’entend pas de cette oreille : «nous n’allons pas au stade de Radès en victime expiatoire, loin de là. Nous allons défendre crânement notre chance, abstraction faite de la valeur et du classement du CA. Nous sommes conscients de nos défaillances et de nos faiblesses, mais nous allons essayer de nous corriger pour les «gommer» et négocier cette importante au top de nos possibilités».

Moncef SEDDIK




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com