E.S.H.S. : Chasser le signe indien





Il semble que le stade olympique de Sousse ne porte pas beaucoup de bonheur aux Hammam-Soussiens. Ils n’y ont collectionné que des semi-échecs et qu’une petite maigre victoire (lors de la 4ème journée face à l’ASM). En attendant que leur terrain fétiche, le stade Ali Lahouar, soit totalement prêt et habilité à abriter des rencontres de la ligue professionnelle «Une», les Banlieusards de Sousse se trouvent encore dans l’obligation de croiser le fer avec leurs homologues monastiriens dans un second derby sahélien sur la pelouse du stade ci-haut mentionné.
A priori, les protégés de Ben Sassi ont l’air de bien se comporter loin de leurs bases. Le dernier match livré à la Marsa en est la preuve. Ce précieux point acquis en déplacement est de nature à les galvaniser pour obtenir le meilleur résultat possible face à une étonnante équipe usémiste qui joue désormais pour le titre. Donc, entre deux équipes aux soucis diamétralement opposés, le débat s’annonce très palpitant. Les coéquipiers de l’excellent Karim Laâmouri savent pertinemment qu’un autre éventuel faux pas, et de surcroît à domicile, risque de compromettre réellement leurs chances de maintien parmi l’élite. Pour cette raison, le match d’aujourd’hui va se jouer beaucoup plus dans la «tête» que dans «les jambes».
Avec le retour des blessés, avec une adaptation progressive des nouvelles recrues et après plusieurs essais, il semble que le coach Khaled Ben Sassi ait trouvé la meilleure formule pour choisir les joueurs les plus performants et les plus compétitifs. La titularisation du kasserinois Zied Derbali a résolu quelque peu les lacunes sur le flanc droit de la défense. L’association Maher Naïli - Fodé - Bennour semble donner plus d’assises à la base arrière axiale.
Le retour de Michel Oungini et surtout de l’expérimenté Hakim Bargui va conférer à la ligne médiane plus de solidité et surtout de lucidité. Le talon d’Achille demeure l’animation et la concrétisation offensive. Pour le premier volet cela dépend étroitement du regain de forme de Jalloul Naïmi, un garçon capable du meilleur comme du pire et aussi d’une meilleure condition physique du fantaisiste Béchir Mogaâdi. Quant au second volet, il faut espérer que Neji Bacha ou Anis Karoui ou Charles Mbaye retrouvent un peu de leur punch pour que tout aille dans le meilleur du possible.

Formation probable
Laâmouri, Derbali, Arouri, Fodé, Bennour, Naïli, Michel, Bargui, Naïmi, Salhi, Bacha.

ABOU NOUR




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com